Au siège de la CENCO, « quelques militants de l’ECIDé » exigent « des explications sur la phrase de Marcel Utembi : « une étape a été franchie »

 

Un groupe des manifestants identifiés comme des militants de l’engagement pour la citoyenneté et le développement (ECIDé) de Martin Fayulu, conduits par Serge Welo, munis des calicots mentionnés « Pas une CENI politisée », ont envahi le lundi 29 novembre, le siège social de la conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) pour exiger des explications sur le propos tenu par le président de la CENCO, Marcel Utembi : « Une étape a été franchie », après échanges avec le président de la République Félix Tshisekedi il y a 48heures.

« Nous sommes venus ici pour s’imprégner des propos de Monseigneur Marcel Utembi. Il a dit après les échanges avec le président de la République Félix Tshisekedi qu’une étape a été franchie. La population congolaise à travers sa jeunesse veut savoir qu’est-ce que ça signifie », a déclaré Serge Welo de l’engagement pour la citoyenneté et le développement (ECIDé).

Pour les manifestants, Denis Kadima « doit dégager de la CENI parce qu’il est membre de l’Union pour la démocratie et le progrès sociale de la fédération sud-africaine ».


« Pour nous, Dénis Kadima doit dégager. Kadima est membre de l’UDPS de la fédération Sud-africaine. Il n’est pas neutre », a-t-il révélé.

Lire aussi  RDC : Un mouvement citoyen annonce une "marche de soutien aux populations meurtries de l'Est"

Les évêques de la conférence Épiscopale Nationale du Congo ont été reçus par le président de la République Félix Tshisekedi. Avec le garant du bon fonctionnement des institutions de la République, ils ont échangé sur toutes les questions qui font débats notamment l’installation du bureau de la commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), la gratuité de l’enseignement mais aussi sur l’état de siège en cours en Ituri et au Nord-Kivu. Parlant du processus électoral au sortir de ces discussions, le président de la CENCO, Marcel Utembi a laissé entendre « qu’une étape a été franchie. Il y a un temps pour tout. Un temps pour se quereller et un temps pour aller de l’avant ».

José Muyaya

Lire aussi

Les plus populaires