Covid-19/Actualisation des mesures : À Kinshasa, aucune mesure barrière respectée depuis ce matin

L’actualisation des mesures contre la covid-19 en RDC paraît comme un coup d’épée dans l’eau dans le chef de la population kinoise en particulier. Kinshasa s’est réveillée le matin de ce lundi, soit au lendemain de l’annonce de mesure contre la Covid-19, avec toutes les anciennes habitudes.

Dans les transports en commun par exemple, la quasi-totalité de passants n’avait pas de masque. Pour ceux qui en avaient, c’est soit accroché à la main ou enfilé sous le menton. D’ailleurs dans le cas de taxi ou taxi bus, impossible de respecter la distanciation physique par exemple, avec la promiscuité des passagers à bord.

Dès les petites heures du matin, il y avait, comme d’habitude, certaines églises déjà opérationnelles pour les cultes du matin. Là aussi, c’est le même constat : aucune réduction du nombre de fidèles de 50%, moins encore le port des masques ou la prise de température et le lavage des mains à l’entrée.


Toujours depuis ce matin, au marché Gambela située dans la commune de Kinshasa notamment, aucune disposition n’a été prise pour protéger les clients, même les commerçants, alors que les mesures actualisées veulent qu’il ait une disposition à l’entrée de chaque marché pour la prise de température et le lavage de main, question de barrer la route à toute éventuelle contamination à la Covid-19.

Lire aussi  Kasaï : 20 Femmes formées sur la gestion des violences basées sur le genre

Il est important de relever que toutes ces mesures conservatoires ont souffert d’application lorsqu’elles ont été décrétées pour la première fois le vendredi 18 décembre 2020. Les places publiques étaient toujours surpeuplées au mépris de la distanciation physique. C’est notamment le cas avec les veillée mortuaire où les gens se réunissaient sans corps de l’illustre disparu, mais toujours amassés. La situation est d’ailleurs pire dans les morgues où il y a toujours une foule immense lors de la levée de corps.

Dans la même optique, il y a lieu de relever que même les autorités du pays ont plusieurs fois bafoué les mesures barrières. Lors des plénières dans différentes assemblées provinciales, même à l’Assemblée nationale, dans des rencontres de hautes portées,… la distanciation physique et le port correct de masque sont foulés au pied.

D’autres parts, c’est la question du couvre-feu. Actuellement, le terme propice, c’est le « péage », car la réalité de ce qui est vécue entre 23h et 04h du matin n’a plus rien à voir avec la pandémie. Il te suffit de donner le « mbote ya likasu » à la barrière pour te frayer un chemin. Ceci n’est applicable qu’à ceux qui sont véhiculés, les piétons circulent librement pendant ces heures-là.

Lire aussi  Transports en commun : Kinshasa lève la mesure de capacité d'accueil dans les bus et taxis-bus

Il revient aux autorités compétentes de peser de tout leur poids pour que, cette fois, les choses se passent différemment.

Les mesures actualisées dimanche dernier visent à épargner la RDC des variants dangereux, notamment Omicron qui frappe déjà de plein fouet l’Afrique australe.

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires