Festivités de Noël et de nouvel an : Pas d’engouement majeur aux différents marchés de Bandundu (constat)

Il n’y a pas d’engouement majeur aux différents marchés de la ville de Bandundu, chef-lieu de la province du Kwilu, contrairement aux années précédentes.

Généralement, l’on est habitué à voir un grand monde aux différents lieux de négoce pendant cette période dite des festivités de Noël et de nouvel an afin de s’approvisionner de différents articles pour bien festoyer.

Interrogés par le média non-aligné, les vendeurs trouvés au marché central de Bandundu évoquent le contexte économique qui, pour eux, n’est favorable.


« (…) Généralement pendant cette période, nous sommes habitués à épuiser nos stocks que nous renforçons pour la circonstance. Contrairement aux années antérieures, cette année il n’y a pas de vente. Pourtant, nous avions fait beaucoup de provisions avec l’espoir de mieux vendre, mais ce n’est pas le cas sur terrain. Puisqu’il reste encore quelques jours avant le 1er janvier, nous espérons que nous allons couler nos marchandises et surtout les vêtements », ont-ils déclaré.

Lire aussi  Le transport en commun, un casse-tête ce lundi à Kinshasa, 8.000 FC pour atteindre le centre ville par moto partant de Mont Amba

D’autres par contre indiquent que malgré la crise financière constatée, certains articles sont quand-même achetés.

« (…) Je vends les vêtements pour enfants, mais également pour adultes. Mais ce que j’ai un peu vendu sont ceux des enfants. Bien que la vente est un peu trop lente, mais petit à petit, nous essayons de nous en sortir. En donnant même à crédit aux personnes que nous connaissons mieux puisque nous comprenons qu’il y a crise. Mais vu le contexte économique, certains préfèrent les tombola que les vêtements en cato pour économiser », ont-ils fait savoir.

Par contre pour des parents rencontrés, cette période est pour eux un casse-tête, avec peu de revenu, ils n’arrivent à satisfaire tous les enfants.

« (…) Ça a toujours été difficile pour nous. Nous avons la charge de toute la famille pendant cette période. Avec un peu d’argent, mais avec beaucoup d’enfants, il est difficile de satisfaire tout le monde, c’est vraiment difficile. Surtout avec le contexte économique difficile d’une part, et la Covid-19 d’autre part, on est coincé jusqu’au cou. On ne sait que faire, voilà pourquoi la plupart d’entre nous préfèrent les tombala qui sont à bas prix », ont-ils déclaré

Lire aussi  Maï-Ndombe : Le CLDH sensibilise les composantes de la société civile sur les droits humains

Il a été également constaté une hausse de prix des produits surgelés au marché central dans la commune de Disasi, même situation au marché Binkumi dans la commune de Mayoyo, pareil pour celui de l’Ebico dans la commune de Basoko.

Patrick Matanga, Bandundu

Lire aussi

Les plus populaires