Inauguration d’un abattoir en Ouganda : Bahati s’excuse et s’accuse !

 

Alors que tout avait filtré sans mille difficultés sur cette affaire d’abattoir inauguré en Ouganda, voilà que le bureau du Sénat, via son président Modeste Bahati vient de jeter l’huile au feu en voulant donner sa lumière sur le déplacement de son équipe au pays de Youeri Museveni Kagouta pour prendre part à cette cérémonie. Une manière pour Bahati de s’excuser ignorant qu’il s’accuse au même moment.


Lorsque le président du Sénat congolais parle des frais de mission entièrement pris en charge par l’Ouganda, l’ordre de mission établi par le Sénat indique plutôt que c’est la chambre haute du parlement congolais qui s’est occupée de tout. Mensonge cousu de fils blancs.

Certes, dans le communiqué il est largement fait échos des contacts avec des officiels ougandais, ne s’agit il pas là d’un alibi pour justifier le gâchis ? La suite transparaît comme de l’eau.


L’argent est sorti des caisses du Sénat rien que pour prendre part à l’inauguration d’un abattoir en Ouganda. Question, quelles sont les retombées immédiates pour la RDC? Pour les spécialistes, rien à tout bout champ. Et que si le Congo peine à amorcer son décollage, la faute revient à l’absence d’une politique de rigueur dans la gestion de la chose publique. Chacun tire le rideau de son côté durant son règne à la tête de telle ou telle autre institution.

De ce qui précède, les analystes n’hésitent d’affirmer que par son communiqué de ce 24 décembre dans lequel, il remercie l’Ouganda de l’accueil réservé à sa délégation, Bahati Lukwebo est loin d’effacer son péché. Le flou persiste quant à ce travels aux dividendes zéro.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires