RDC : La sonnette du développement…

C’est le souhait du Président Tshisekedi : appuyé sur la sonnette du développement.


Le premier citoyen se dit peiné par les conditions de vie de ses concitoyens et de l’espace dans lequel ils évoluent dans un pays aussi riche, convoité par la planète. Pour lui, il faut pour cela, peu importe le prix, déclencher la sonnette du développement, un vœu appelé des congolais dans leur ensemble.

Seulement, la grande question demeure celle de savoir : avec qui le faire et comment procéder dans le contexte congolais ? Pour ce qui concerne les ressources humaines ou les accompagnateurs dans cette oeuvre grandiose, l’un des principes de la politique veut que le soubassement soit la vision à laquelle se joint la volonté de faire. Dans cette optique, l’austérité demeure la clef de la réussite. Mais cela est-il le cas en RDC, dès lors que les indicateurs socio-économiques renseignent que le gros du budget du pays se partage entre les institutions politiques ? Qui plus, est la part réservée à l’investissement qui engendre le développement est moindre.


Avec un Gouvernement pléthorique composé des Ministres jusque-là « improductifs », mais pris en charge par l’État, des parlementaires avec émoluments pharaoniques, des conseillers à la présidence de la républiq5ue cités dans les malversations financières, bref, rien de bon en termes de canalisation pour les grands projets de développement. Tout est gâchis !

Pour cela, à en croire des spécialistes, le chef se heurte à un obstacle majeur qu’il faut coûte que coûte surmonter pour atteindre le résultat attendu. Nettoyer les écuries devient une nécessité impérieuse pour un bond des géants. Qui fait quoi et qui est utile à telle ou telle tâche ? Un Gouvernement pléthorique pour quoi faire ? L’histoire ne nous enseigne-t-elle pas que, élu 1er ministre à la Conférence Nationale Souveraine, Étienne Tshisekedi refusa la logique des postes à distribuer et forma contre toute attente, un gouvernement de 30 membres?. Voilà, devant l’obligation des résultats, on ne tergiverse pas.
Jusqu’à la preuve du contraire, la logique de distribution des postes de responsabilité a montré ses limites. D’où, cet appel au président de la République de marquer son temps selon qu’il est écrit, l’UDPS est l’espoir du peuple.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires