16 janvier : Quid de l’après M’Zee ?

 

Le 16 janvier 2001 en milieu de journée, un seul sujet fait la Une de l’actualité : l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, le M’zee tombeur de Mobutu.

Le «Révolutionnaire» s’en était allé ne laissant derrière lui aucun testament politique comme Lumumba sinon, un des bouts de phrase « Ne jamais trahir le Congo» que certains de ses compagnons ont après lui essayé de métamorphoser en leçon politique, question de ne pas vite effacer de la mémoire collective l’homme et ses convictions.

C’est là justement, le noeud du problème. Ne pas surtout perdre de vue que « Le Lumumbiste » comme il aimait bien être identifié, avait apporté dès le 17 mai 1997, un autre type de discours socle d’éveil de l’être congolais pris 32 ans durant en otage par le Mobutisme de triste mémoire.
Pour M’Zee, il y avait urgence de tout reconstruire. Construire le pays et l’aimer. Halte donc à la politique de la main tendue. Le construire en se servant de ses propres richesses.
L’aimer à son entendement, c’est se défaire du vieil homme, detourneur des deniers publics, malfaiteurs, traitre, menteur, colporteur, criminel économique, chantre des antivaleurs, …

Lire aussi  Infrastructures routières : Des routes en état de délabrement une semaine après leur construction par Safrimex à Miabi

Sacré homme d’État

L’idéologue de l’antithèse du Mobutisme est vite parti, tué par les membres de sa propre cour.
Soit quatre années seulement après sa prise de pouvoir dans les conditions connues de tous sans avoir enraciné sa pensée.
La magistrature suprême fut récupérée par un autre Kabila, loin de partager les mêmes convictions que son prédécesseur de géniteur. 18 ans de chaos, de retour en carrière. Les durs et radicalistes du régime passé, rejetés, l’heure était alors venue de précipiter de nouveau le Congo de Lumumba, M’Zee Kabila Mulele Pierre, Polo Maurice, Okito, et d’autres nationalistes abattus pour la cause de leur chère patrie, dans le gouffre. Les détails sur ce qu’a été le règne de Joseph Kabila sont horribles. Epargnons nos lecteurs.
Cependant, Comme Mobutu en 1966, poussé dans son intérieur pour le combat de Lumumba en faveur de ses contemporains, fit de ce dernier Héros national, Kabila Joseph va lui emboiter le pas en décorant L.D Kabila du même titre pour avoir eu un même combat, un destin commun et une vision pour leur pays. Ainsi naquirent les dates du 16 et 17 janvier consacrées aux Héros Lumumba et Kabila, fondateurs d’une pensée politique jusque-là jamais traduite en actes.

Lire aussi  Visite officielle chez "Ambongo" : Régime Fatshi et catholiques, paix armée? [Édito]

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires