Beni : Au moins 70 personnes interpellées au cours d’un bouclage systématique à Oïcha

 

Au total, soixante-treize (73) personnes ont été interpellées au cours d’un bouclage mené conjointement par les éléments de la Police et ceux des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) au quartier Pakanza de la commune d’Oïcha, dans le territoire de Beni (Nord-Kivu) le samedi 29 janvier 2022.

La plus part des personnes interpellées sont celles qui manquent de jeton de recensement institué dernièrement par le bureau territorial de Beni pour des raisons sécuritaires.

Parmi ces interpellés figurent ceux qui ont été interceptés avec des effets militaires et sans pièces d’identités et ont été conduits les uns à l’état major district d’Oïcha, les autres à la Police Nationale Congolaise (PNC) commissariat de la commune pour instruction de leurs dossiers.


Pour l’administrateur du territoire de Beni, le Colonel Ehuta Omeonga Charles, « cette série de bouclage vise le renforcement de la sécurité des habitants et de leurs biens ». Il indique, par ailleurs, que ces opérations « vont produire un bon fruit pour que la population respire un bon vent ».

Lire aussi  Sécurité : "Ceux qui pensent qu'il faut endeuiller l'Ituri pour se positionner ne sont pas de leaders" (Abdallah Pene Mbaka)

« Bientôt là, vous allez voir ces fruits, c’est ce qui nous concerne et en dehors de ça, on n’a plus rien d’autres que je peux vous rassurer et vous garantir par rapport au travail louable des nos forces loyalistes », a-t-il fait savoir.

L’instruction des interpellées s’est poursuivie au cas par cas toute la journée de samedi 29 janvier 2022 par les services habilités. Ceux qui manquent les cartes d’identités, notamment les femmes, ont été mis à la disposition du bourgmestre de la commune. Après analyses des dossiers, ces femmes, au nombre de trente-cinq (35), ont été relâchées. Elles ont été invitées à se faire recenser afin d’être classées dans le rang de « bons citoyens ».

Cependant, les dossiers de plusieurs autres hommes sont restés en instruction au commissariat PNC, district d’Oïcha.

Aristote Atshongya Mohamed

 

Lire aussi

Les plus populaires