RDC : Coup d’État ?

 

Ça se chuchote depuis la soirée de samedi 05 février. Tout est parti de l’interpellation et audition, jusque très tardivement, de François Beya Siku dit Fantomas, le conseiller spécial du Chef de l’État en matière de sécurité par les Barbouzes de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR).

Très tôt matin ce dimanche 06 février, les militants de l’UDPS/Tshisekedi (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), se sont mis à manifester en soutien au Chef de l’État, Felix Tshisekedi, objet selon eux d’une tentative de coup d’État avorté. Ces « combattants » ont barricadé le passage à la hauteur de la 10e rue sur le boulevard Lumumba et sur l’avenue Poids lourds, de l’autre côté du quartier Kingabwa Uzam dans la commune de Limité, toujours dans l’Est de Kinshasa.

Selon des analystes interrogés par ACTU7.CD, peut-on parler de tentative de coup d’État ou du coup d’État proprement dit en RDC ? D’entrée de jeu, la réponse à ce propos est négative. Et pour cause, par essence, on fait allusion à un coup d’État lorsque les visées sont le renversement du pouvoir en place ou de l’ordre constitutionnel par les armes, généralement accompagné d’un bain de sang ou des arrestations arbitraires.

Lire aussi  Félix Tshisekedi accuse le Rwanda "de multiplier des foyers de tension à Kinshasa et dans le Katanga pour déstabiliser la RDC"

Seulement pour le cas de la RDC, rien de tel, la rumeur a pris le dessus sur l’information proprement dite. Felix Tshisekrdi peut avoir ses apaisements et poursuivre sans entrave la mise en oeuvre de son programme de société pour le bien-être de tous, car le syndrome de coup d’État est loin de gagner la RDC.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires