Nord-Kivu/EPST : L’effectif d’élèves en baisse d’au moins 40% aux écoles de Bashu pour cause de l’insécurité

 

Il s’observe une baisse d’effectif d’élèves dans différentes écoles primaires et secondaires de la chefferie des Bashu dans la sous-division de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) de Kyondo, au groupement Isale-Bulambo, du territoire de Beni, au Nord-Kivu.

Paluku Makasani, l’un des enseignants d’une des écoles secondaires de la place, qui a fait ce constat le lundi 14 février 2022 après une ronde qu’il a effectué dans différentes écoles, rapporte que cette baisse d’effectif d’élèves évaluée à 40% est due à l’insécurité grandissante dans la région, imposée par les rebelles des Forces Démocratiques Alliées (ADF) ainsi que les miliciens Maï-Maï, actifs dans cette partie du territoire national.

« Cette baisse d’effectif d’élèves dans notre sous-division est normale, car nous avons perdu beaucoup d’élèves au sein de nos institutions. Les 40% sont les élèves qui se sont déplacés vers des milieux jugés sécurisés, fuyant ainsi l’insécurité grandissante ici chez nous », a-t-il fait savoir lors d’un entretien avec ACTU7.CD.

Lire aussi  Ass. Nat. : Mohindo Nzangi s'explique ce mercredi sur son arrêté nommant "un diplômé d'État, un étudiant et une personne éligible à la retraite" dans les comités de gestion des universités

Par ailleurs, il a souligné que cette même insécurité serait également la cause insolvabilité, car les parents d’élèves n’ont plus accès à leurs champs, unique source de leurs revenus, pour ainsi s’acquitter des frais scolaires de leurs enfants.

Cet enseignant a fini par demander aux autorités chargées de la sécurité à rétablir la paix dans cette partie du pays afin que les élèves ayant fuit puissent revenir dans leurs milieux et que les parents aient de nouveau accès à leurs différents champs.

Au dernier trimestre de l’année dernière, la chefferie de Bashu avait enregistré plusieurs dizaines de morts dues aux attaques ADF. Cette situation avait occasionné un déplacement massif de la population.

Aristote Atshongya Mohamed, à Beni

 

Lire aussi

Les plus populaires