RDC : Kabund écrit à Mboso et réitère sa demande de se rendre en Grande Bretagne pour des soins de santé

 

Jean Marc Kabund a dans une correspondance adressée au président de l’Assemblée Nationale Christophe Mboso, réitéré sa demande de se rendre à l’étranger pour des soins de santé.

Dans ce document rendu public mercredi 16 février et dont une copie est parvenue à ACTU7.CD, le premier vice-président de l’Assemblée Nationale fait remarquer que c’est depuis le 08 janvier qu’il avait saisi le président de l’Assemblée Nationale. Selon lui, il avait même transmis un rapport médical sur son état de santé, qui « exige une évacuation sanitaire en Grande Bretagne, suite au traumatisme subi au genou gauche » .

« Il y a lieu de constater que ma requête est restée sans suite jusqu’ici. C’est pourquoi je voudrais relever que cette inaction continue à porter atteinte avant tout à mon droit de circuler librement, lequel est garanti par la Constitution de la République (…). Il va sans dire que ce droit n’est pas négociable, surtout que nous nous trouvons en vacances parlementaires » , peut-on lire dans ce document.

Lire aussi  Travaux à la Commission paritaire : l'Église catholique et l'ECC ne se sentent pas concernées" (Document)

Le premier vice-président de l’Assemblée Nationale rappelle à Mboso « le fait de lui n’avoir pas octroyé l’autorisation de sortie jusqu’à présent malgré mon rapport médical mis à votre portée pour éclairer votre lanterne, s’apparente à une violation délibérée du Règlement intérieur de notre Chambre, en son article 109, alinéa 5 qui énonce que le député national a droit à l’évacuation sanitaire pour lui-même, son conjoint et ses enfants, à charge de l’État, accompagné d’un médecin et d’un garde malade, s’il échet » .

Tout en se considérant membre du bureau de l’Assemblée Nationale, Jean Marc Kabund dit attendre obtenir cette autorisation de sortie pour subir des soins hautement appropriés.

« Il s’agit donc d’un droit constitutionnellement garanti. Par conséquent, je ne saurais pas resté indéfiniment victime d’un traitement discriminatoire à cause de votre refus de signer » , conclut-il

Hervé Landry Ngoyi

 

Lire aussi

Les plus populaires