Maï-Ndombe : Le Général Christian Paypay « accusé d’avoir libéré certains détenus avec des ordres manifestement illégaux »

 

Un bras de fer s’engage entre le pouvoir judiciaire et la Police Nationale Congolaise (PNC) dans la province du Maï-Ndombe. Le commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise/Maï-Ndombe, le général Christian PayPay est accusé d’avoir procédé à la libération de certains détenus avec des « ordres manifestement illégaux » à Inongo, alors que certains d’entre eux étaient déjà à la disposition du tribunal de Grande Instance.

Selon le procureur général du parquet près la Cour d’Appel de Maï-Ndombe, les détenus libérés par le Gouverneur ad intérim étaient considérés comme « dangereux » et leur libération n’aurait respecté aucune procédure légale

« (…) Le Gouverneur a.i et le commissaire provincial de la PNC se sont permis d’aller libérer, je dirais faire évader les détenus dangereux qui se trouvaient au niveau des cellules aménagées au camp Léopold 2 à Inongo pour accueillir ces genres de prevenus (…) Parmi ces détenus, 3 sont déjà à la disposition du tribunal de grande instance. Ils les ont libérés sans se référer à ma personne, donc le procureur général », déclare Willy Ndjoko, Procureur général de Maï-Ndombe.

Lire aussi  Nord-Kivu : Après Goma, la délégation de la SADC à Beni pour s'imprégner de la situation sécuritaire

Ce haut magistrat indique que les personnes libérées sont des kuluna (bandits urbains, ndlr) et une caravane motorisée a été organisée suite à leur libération. Il précise qu’un rapport a été fait à sa hiérarchie « pour qu’une solution soit trouvée étant donné que cette situation a même affecté les magistrats de sa juridiction ».

De son côté, le commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise indique que la décision de la libération de ces détenus relève du comité provincial de sécurité présidé par le Gouverneur a.i et non de la Police.

« (…) Nous avions réunion de conseil de sécurité présidée par le Gouverneur de province, réunion à laquelle ont pris part plusieurs autorités de la DGM, la police et autres. Il s’est fait qu’il y a des détenus qui ont passé plus de 3 mois dans un cachot du camp militaire ici à Inongo, un cachot qui ne répond pas aux normes carcérales, mais il y a une prison centrale ici et le même procureur, étant membre du comité de sécurité, était invité à prendre part à cette réunion pour que nous puissions lui poser quelques questions concernant cette incarcération, mais il n’était pas venu », déclare le Général Christian Paypay.

Lire aussi  Ituri : 6 miliciens tués et deux autres capturés par l'armée à Kunda

À lui de poursuivre : « Avec les intempéries et autres, les gens se plaignaient de torture que ces jeunes étaient en train de subir. On a fait venir à la réunion ces 6 jeunes gens, après leur avoir posé quelques questions. À l’unanimité, les membres du comité provincial de sécurité ont décidé de libérer ceux qui avaient près de 3 mois pour qu’ils aillent se faire soigner chez eux, aussi parce que leur fuite n’était pas à craindre et d’autres ont été retournés en prison. Donc, c’est le comité provincial de sécurité qui a décidé mais pas moi », a-t-il précisé.

Visiblement, les tensions entre les grandes personnalités de cette province semblent monter davantage. Ceci pourrait conduire à un conflit entre le pouvoir judiciaire et la Police Nationale Congolaise.

Patrick Matanga

 

Lire aussi

Les plus populaires