Union Sacrée : Katumbi chauve-souris ?

 

Le président d’Ensemble pour la République, Moïse Katumbi est loin de jouer franc jeu au sein de l’Union Sacrée de la Nation où il est membre bénéficiaire des avantages comme tout le monde et plus que même certains grands partis.


C’est le moins que l’on puisse dire du comportement à la chauve-souris de l’ancien gouverneur de l’ex Katanga qui doit sa survie politique à Tshisekedi. Outre ses prises de position laconiques et aussi étonnant que cela puisse être, les délégués de Moïse Katumbi ont été aperçus lors de la récente reunion des Forces politiques et Sociales aux cotés du FCC/Kabila, LAMUKA, CAlCC, MILAPRO et CLC pour peaufiner des stratégies aboutissant à des manifestations contre le pouvoir.
Le président d’Ensemble joue à la traitrise. Il n’est ni chaud ni froid, attitude pourtant répréhensible en politique comme en religion. Comment comprendre qu’un acteur politique de son rang se range du coté des « sans positions »? Inadmissible répond vigoureusement un spécialiste de la politique congolaise.

L’opinion se souviendra à son temps, alors président provincial du PPRD et gouverneur de l’ex Katanga sous ce manteau, Moïse Katumbi « par convoitise au poste de président de la République, avait pris l’option de démissionner de son poste de gouverneur appuyé par un groupe d’opportunistes aujourd’hui en débandade » pour se présenter à la présidentielle ». Le traitant de Judas le traître, le régime Kabila va soumettre Katumbi aux sévices d’un exilé que Tshisekeki élu président de la République a pu venir à bout.


« Katumbi mérite le châtiment réservé à la chauve-souris », tonne l’interlocuteur d’ACTU7.CD. « L’homme est à coup sûr porteur des germes nuisibles à la bonne santé de l’USN. Et ça, la haute hiérarchie du pouvoir doit le comprendre et agir sans ménagement », a-t-il conclu.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires