Bukanga-Lonzo : la tâche noire sur la chemise blanche de Matata Ponyo

L’annonce de la candidature de Matata Ponyo Augustin à la présidentielle de 2023 suscite des commentaires dans tous les sens. Bien plus lorsqu’on sait que la RDC aujourd’hui au bas de l’échelle voit les mêmes qui l’ont précipitée dans l’abîme chercher à revenir aux affaires dans l’objectif inavoué de l’achever une fois pour toute.


Soixante ans après son accession à la souveraineté nationale et internationale, le pays de Lumumba est loin de se frotter les mains de la gestion assurée par ses fils et filles. Les responsabilités du chaos sont certes partagées mais chacun de ceux qui ont piloté ce pays doit s’interroger sur ce qu’a été sa part dans le mal.

Le cas de l’ancien premier ministre Matata Ponyo Mapon annoncé candidat président de la République en 2023. Tous les observateurs sont inanimes pour reconnaître que citer ce nom rappelle à chaque congolais honnête et sincère avec sa conscience l’épineux dossier du parc agro industriel de Bukanga Lonzo où sous Matata, l’Etat congolais a englouti plus de 200 millions de dollars dans un projet loin d’en être un. Une initiative teintée d’escroquerie sans égale. Le contribuable congolais roulé comme de coutume à son temps par des politiques véreux réclame à Matata et consorts son argent.



Un complot contre tout un peuple qu’un groupe des personnes cherche à noyer dans l’acide sulfurique en proclamant, l’ancien premier ministre, candidat président de la République « alors que la justice n’a pas jusque-là vu clair sur cet homme abusivement appelé champion de la bonne gouvernance ». C’est une tâche noire sur sa chemise blanche habituée à la cravate rouge.

Dans l’une des éditions, le Soft International exprimait en 2019 déjà, le désir de la nation de voir le nouveau regime initier des audits sur des crimes économiques récents dans lesquels plus d’un ancien gestionnaires du pays se trouvaient trempés jusqu’au coup. Notamment, le dossier Bukanga Lonzo et celui des Fibres optiques de l’ex OCPT.

Pour plusieurs observateurs, annoncer précipitamment la candidature de Matata Ponyo à la présidentielle de 2023 est une insulte pour le pays. Le Sénateur du Maniema est loin d’être blanchi par la justice pour prétendre hausser les épaules.
« Le Congo mérite mieux pour sa veritablet reconstruction mise en mal pendant des décennies par ceux qui ont présidé à sa destinée sans conscience ni âme », conclut un analyste au média non-aligné.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires