La RDC arrache le soutien du Vatican dans la lutte contre l’agression rwandaise et l’exploitation illicite de ses ressources naturelles

 

Le Cardinal Parolin, envoyé spécial du Pape François en République Démocratique du Congo (RDC) a trouvé des mots justes pour dénoncer l’agression que subit le Congo dans sa partie Est. Devant plus de 100 000 fidèles catholiques de Kinshasa qui ont pris part à la célébration eucharistique « pour la paix et la réconciliation » célébrée dimanche 03 juillet sur l’esplanade du Parlement à Kinshasa (au même endroit où Jean-Paul II avait célébré la messe en 1980 et en 1985), le Secrétaire d’État du Saint-Siège a dénoncé « l’avidité pour les matières premières, la soif d’argent et de pouvoir qui ferment les portes de la paix ».

« (…) Cela représente une attaque contre le droit des personnes à la vie et à la sérénité… Paix à cette maison ! Paix à la terre congolaise : redevenez une maison de la fraternité ! » , a souhaité l’envoyé spécial du Pape François en RDC dans son homélie.

Un chœur d’applaudissements et le zaghroutah, cri typique des femmes congolaises, se sont alors élevés de la foule de plus de 100 000 fidèles, après ce vigoureux appel du cardinal Pietro Parolin en faveur de la paix en RDC, menacée depuis des années par des groupes armés et par « l’exploitation et les intérêts prédateurs » .


Pour son deuxième jour en Afrique, le Cardinal a embrassé tout le peuple au nom du Pape qui, ayant dû reporter son voyage apostolique, a célébré la messe le matin de dimanche dans la basilique Saint-Pierre avec la communauté congolaise de Rome.

Le rêve de la Paix

« Paix, fraternité, joie » , sont les premiers mots que le Cardinal a prononcés dans son homélie en français. « Ce sont des rêves, a-t-il expliqué, que nous souhaitons embrasser » , mais que « malheureusement nous ne vivons que très marginalement en ces temps d’instabilité et de conflit » . « Il s’agit surtout des promesses de l’accomplissement du Royaume de Dieu, des promesses auxquelles nous aspirons intérieurement. Oui, nous sentons en nous-mêmes que nous avons été créés et que nous sommes venus au monde pour une paix qui ne soit pas seulement un bref intervalle entre les guerres, pour une fraternité qui ne soit pas idéale mais effective, pour une joie qui soit pleine et débordante« , a-t-il déclaré sous un ciel couvert.

Lire aussi  Ass. Nat. : l'identification de la configuration politique et déclaration d'appartenance à la Majorité ou à l'Opposition n'est plus à l'ordre du jour

Une paix qui s’approche face à un peuple blessé par des problèmes tels que l’absence de travail, la pollution et, dans l’est, une violence féroce, le cardinal a exhorté à ne pas céder à la « désolation » ni au « découragement » .

« La tentation aujourd’hui est de capituler devant la réalité, de s’enfermer dans une résignation fataliste et peut-être sans s’en rendre compte, de fuir ses responsabilités, en tombant dans une sorte de victimisation, laissant aux autres la charge de retrousser leurs manches et l’effort de reconstruire » , a-t-il averti.

Il faut au contraire agir avec la certitude que « Dieu est à l’œuvre » . « Oui, Dieu est à l’œuvre » , a répété le prélat italien. « Dieu nous appelle à regarder l’avenir : ensemble, unis, en dépassant tout esprit de partialité, toute division de groupe, d’ethnie, d’appartenance » . Avec Lui, qui « est père et mère » , nous pouvons « affronter n’importe quelle épreuve, car Il n’est pas distant, mais Il marche avec nous » , a-t-il assuré.

Lire aussi  Kasaï/Coloration rougeâtre de la rivière Tshikapa : le député national Simon Mulamba appelle Sama Lukonde à s'impliquer pour des solutions idoines

Avec Dieu, poursuit-il, « chaque jour qui passe ne représente pas une énième déception, mais le rapprochement de sa promesse de paix » .

L’Est de la RDC déchiré

Le cardinal Parolin a ensuite mentionné l’Est de la RDC où « la paix est continuellement menacée par des groupes armés et par des intérêts d’exploitation et de prédation, dont le pays est depuis longtemps victime » .

La convoitise autour des matières premières, la soif d’argent et de pouvoir ferment les portes de la paix et représentent une atteinte au droit des personnes à la vie et à la sérénité. « Mais Jésus continue à nous envoyer, nous, ses disciples, pour que nous puissions répéter les mêmes mots : Paix à cette maison ! Paix à la terre congolaise : qu’elle redevienne une maison de la fraternité ! » , a déclaré le Secrétaire d’État, avant d’inviter les chrétiens « la grande majorité de la population » et tous les dirigeants à œuvrer pour la paix « dans ce grand pays, béni par la beauté de la création, mais surtout par la richesse des âmes qui le peuplent » .

Enfants de la résurrection

Au nom du Pape dont le message vidéo adressé samedi aux populations de la RDC et du Soudan du Sud a été projeté sur des écrans géants avant la célébration, le cardinal Parolin a enfin laissé un message d’espérance : « Ne vous découragez pas« , même si « les attentes du bien vous semblent lettre morte« .

Et de rappeler : « Nos noms sont déjà inscrits dans les cieux, nous sommes des enfants de la résurrection, des témoins de l’espérance !« .

Josué Mfutila

 

Lire aussi

Les plus populaires