77è Ass. Gén. ONU : Tshisekedi confirme le soutien du Rwanda au M23 et rappelle que le mal sécuritaire continue de ronger le pays malgré la présence de la MONUSCO

Le Chef de l’État congolais Félix Tshisekedi n’a pas utilisé la langue de bois pour confirmer le soutien du Rwanda au M-23, mais surtout son inquiétude devant la situation sécuritaire précaire que continue à entretenir les pays voisins dans l’est de la RDC.

Lors de sa prise de parole à la tribune de la 77è Assemblée générale des Nations Unies dans la nuit de mardi 20 à mercredi 21 septembre, Félix Tshisekedi a presque affirmé « l’inefficacité » des casques bleus de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation au Congo (MONUSCO), car malgré leur présence, l’insécurité continue à dicter sa loi dans son pays.

« En dépit des efforts internes inlassables, de la présence militaire massive de l’ONU au Congo et de son soutien diplomatique pendant 23 ans, le mal sécuritaire continue à ronger mon pays », a déploré Félix Tshisekedi qui s’est plaint de l’inefficacité des accords signés avec les groupes armés et certains pays voisins sous la garantie de la communauté internationale.


« Toutes ces perspectives de règlement définitif du conflit n’ont duré que l’espace de quelques mois. Vite, l’architecture s’est fissurée et l’édifice s’est écroulé. Et, on recommence toujours avec les mêmes tragédies », a-t-il ajouté.

Pour Félix Tshisekedi, sa « bonne volonté » à approcher les pays voisins pour mettre un terme à cette problématique, a eu du très mauvais répondant, citant nommément le Rwanda.

« En dépit de ma bonne volonté et de la main tendue du Peuple congolais pour la paix, certains de nos voisins n’ont trouvé mieux que de nous remercier par l’agression et le soutien à des groupes armés terroristes qui ravagent l’Est de la RDC. C’est le cas actuellement du Rwanda qui, au mépris du droit international, de la Charte de l’ONU et de l’Acte constitutif de l’Union Africaine, a, une fois de plus, non seulement agressé, en mars dernier, la RDC par des incursions directes de ses forces armées, les RDF, mais aussi occupe des localités de la province du Nord-Kivu par un groupe armé terroriste interposé, le Mouvement du 23 mars dit M23, auquel il apporte un soutien massif tant en matériels de guerre qu’en hommes de troupes », s’inquiète le Chef de l’État.

Et de poursuivre : « Et, comme pour défier la communauté internationale, le M23 avec le soutien de l’armée rwandaise a même abattu un hélicoptère de la MONUSCO et tué 8 casques bleus, commettant ainsi un crime de guerre. Je dénonce, en ce lieu emblématique de la vie internationale, avec la dernière énergie cette énième agression dont mon pays est victime de la part de son voisin, le Rwanda, sous couvert d’un groupe terroriste dénommé M23 ».

Depuis déjà plus de trois (3) mois, le M-23/RDF occupe certaines régions de la province du Nord-Kivu, dont la cité de Bunagana, dans le territoire de Rutshuru. Kinshasa et un rapport des experts des Nations Unies ont attesté le soutien du Rwanda derrière ce pseudo groupe rebelle.

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires