Insécurité à Beni : Des écoles délocalisées vivent le calvaire (reportage)

 

Plusieurs écoles de différentes régions des territoires de Beni (Nord-Kivu) et Irumu (Ituri) délocalisées pour les communes de Oïcha, Eringeti et ailleurs suite à la persistance de l’insécurité orchestrée par les rebelles ougandais des ADF (Forces Démocratiques Alliées) fonctionnent dans des conditions difficiles ces derniers jours.

Au cours d’une ronde effectuée par ACTU7.CD à Oïcha, chef-lieu du territoire de Beni, le « pire » a été constaté : Pas de salles de classe, moins encore des latrines. Abandonnés par les autorités gouvernementales, les cours se déroulent, pour la plus part d’établissement, à ciel ouvert, soit dans des salons des particuliers.

Tableaux en simple triplex accrochés sur les sticks d’arbres, certains des apprenants se retrouvent dans l’obligation de se présenter des fois avec une chaise en provenance de leur domicile, pendant que les autres prennent place sur les racines d’arbres…


Cependant, les bibliothèques et ordinateurs au sein des ces écoles déplacées demeurent encore dans le rêve lointain. Au moment des pluies, les enseignants et élèves sont tous renvoyés à la maison, avant même l’heure de sortie.

Lire aussi  Kinshasa : l'ISP/Gombe ouvre ses portes pour les inscriptions des candidats étudiants en 1er Graduat

Une situation catastrophique, déplorée par la société civile et ses différentes composantes. Patrick Mukohe Kakule, maître et défenseur des droits humains et premier vice-président de la société civile, noyau de Oïcha, interpelle la conscience du ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) quant à cette triste réalité. Il indique qu’ « il est inacceptable de voir les enfants de grandes villes comme Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani (…) étudier dans de bonnes conditions pendant que d’autres au Nord-Kivu n’ont même pas de pupitres ni salles de classe ».

Il a émis le vœu de voir Tony Mwaba Kazadi venir s’imprégner personnellement de cette situation catastrophique sur terrain.

Plusieurs écoles du territoire de Beni ont les unes déjà été délocalisées, les autres cadenassés suite à la persistance de l’insécurité caractérisée par les tueries sanglantes des civils par la nébuleuse ADF.

JC Mbafumoja, à Beni

 

Lire aussi

Les plus populaires