Insécurité dans l’Est/l’Ouganda joue-t-il un double jeu ? : « C’est des faits qui sont en train d’être retracés » (Patrick Muyaya)

L’Ouganda est-il sincère dans les relations qu’il entretient avec la RDC ? Cette question est de plus en plus posée dans la sphère sociopolitique du pays. Malgré les opérations conjointes sur le plan militaire que mènent l’armée congolaise (FARDC) et ougandaise (UPDF), de forts soupçons sur un « possible double jeu » de Kampala, accusé « de jouer le jeu de l’ennemi », ne cesse de résonner.

Cette préoccupation a été soulevée par la presse lors du briefing hebdomadaire de chaque lundi organisé par le Porte-parole du Gouvernement. Patrick Muyaya est également informé de ces allégations qui circulent sur la toile.

« Nous, nous sommes en train d’opérer de manière claire avec l’Ouganda à Beni contre les terroristes des ADF. Nous avons évidemment entendu des informations dans ce sens qu’il aurait eu implication de l’armée ougandaise dans les évènements qui se sont passés », a reconnu le Ministre de la Communication et Médias.


Sa réponse à cette question est on ne peut plus claire : « C’est des faits qui sont en train d’être retracés », lâche Patrick Muyaya.

Lire aussi  Beni : 3 morts dans une nouvelle attaque rebelle à Bashu

Fin juin, le Rwanda accusait l’Ouganda d’avoir servi de base arrière aux insurgés du M-23 qu’il soutient, selon la RDC. « On sait très bien que le M23 a été défait en 2013. Il y a une partie qui est partie en Ouganda et ceux qui sont venus au Rwanda qui ont été désarmés et placés à plus de 200 km de la frontière congolaise. Aujourd’hui, ceux qui ont repris les armes, ils sont venus de l’Ouganda (…) je l’affirme, il n’y a même pas à hésiter », ‪a affirmé Alain Mukuralinda, porte-parole adjoint du gouvernement rwandais lors de son intervention à une émission sur la RFI (Radio France International).

On se souvient également que le 10 juin dernier, les membres du groupe d’experts de l’ONU sur la RDC ont, dans une lettre adressée au conseil de sécurité des Nations Unies, expliqué clairement comment le Rwanda et l’Ouganda, deux (2) pays frontaliers de la RDC et soupçonnés de soutenir ce mouvement rebelle, « ont servi de béquille pour que le M23 se réorganise, se réarme et recrute de nouveaux hommes dans ses rangs ».

Lire aussi  Butembo : Constant Ndima enjoint les services de sécurité à "interdire toutes manifestations publiques"

Patrick Nguwo

 

Lire aussi

Les plus populaires