À une année des élections, « JED s’inquiète de la situation fragile de la liberté de la Presse en RDC »

L’ONG Journaliste en Danger vient de publier son rapport annuel sur la situation sécuritaire des journalistes en République Démocratique du Congo (RDC). Dans ce document rendu public à la veille de la célébration chaque 02 novembre de la Journée mondiale de lutte contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes, JED manifeste son inquiétude sur la liberté de la Presse au pays.

« Quatre ans après l’avènement du nouveau régime de Félix Tshisekedi au pouvoir, et à une année des nouvelles élections annoncées pour marquer la fin de son premier mandat, la situation actuelle de la presse au Congo n’est ni meilleure, ni pire que ce qu’elle a toujours été́ », constate cette organisation de protection des droits des journalistes.

Selon elle, « la liberté de la presse est fragile… »


« Sous Joseph Kabila, on tuait des journalistes ; on fermait des médias ; on coupait l’internet… sous Félix Tshisekedi, c’est le journalisme qui se meurt.. », note le Rapport.

Lire aussi  Ituri : "Beaucoup de gens sont morts et le responsable numéro 1 c'est le gouverneur de province" (Député Iracan)

Plusieurs facteurs « mettent en mal la liberté de l’information en RDC ».

« Il s’agit, notamment, l’environnement politique et sécuritaire marqué par des conflits armés à l’Est du pays, de l’existence d’une loi sur la presse répressive et vieille de plus de deux décennies qui criminalise les délits de presse et prévoit des lourdes peines d’emprisonnement des journalistes; de la multiplication des cas d’abus de pouvoir des personnes qui détiennent une parcelle de pouvoir et qui se vengent des journalistes ou des médias qui les dérangent en toute impunité », énumère ce document.

Ce rapport précise encore que cette année encore, « comme des années antérieures, des journalistes ont été pris pour cibles dans l’exercice de leurs métiers : agressions verbales ou physiques, menaces, dégradations de leurs matériels de travail lors des reportages, stigmatisation des journalistes lors des déclarations politiques ou dans les réseaux sociaux… »

« Tel est devenu le quotidien des hommes et des femmes des médias en provinces tout comme dans la capitale, Kinshasa. Avec la reprise des affrontements à l’Est du pays entre les Forces armées de la RDC et la rébellion du M23, la tension est montée de plusieurs crans, ainsi que la pression exercée sur les médias », conclut le rapport.

Lire aussi  Kasaï Central : Martin Kabuya sensibilise la population de Bakwa-Kenge à l'observance des mesures barrières contre le Coronavirus

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires