Activisme des groupes armés au Nord-Kivu : Un député « dénonce l’inertie du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion »

 

Le député provincial du Nord-Kivu, Prince Kihangi Kyamwami dénonce ce qu’il qualifie « d’inertie » du Programme de désarmement, démobilisation, réinsertion communautaire et stabilisation, (PDDRC-S), face à l’activisme accru des groupes armés dans plusieurs territoires de cette province.

Dans une interview accordée à ACTU7.CD ce jeudi 10 novembre, trois (3) jours après de nouveaux affrontemenrs entre groupes armés dans le groupement Ikobo en territoire de Walikale, ce député dit ne pas comprendre le retard observé dans la matérialisation de ce Programme censé appuyer le processus de pacification de la région de l’Est du pays, à travers la reddition volontaire des acteurs des groupes armés.

L’élu du territoire de Walikale dénonce en même temps le non encadrement des éléments des groupes armés qui ont manifesté leur volonté de cesser les hostilités et de déposer les armes. Il redoute que certains d’entre eux basés dans des sites de cantonnement provisoire reprennent les exactions contres les civils faute d’encadrement.


« Le PDDRC-S nous continuons à en parler mais on ne sait pas ce qu’il nous réserve. A Kalunguta, il y a eu des rendus, à Mabambiro il y a des rendus, à Walikale à la base militaire de Biruwe des rendus, mais qui sont fatigués et dont certains parmi eux commencent à retourner encore en brousse », a-t-il déploré.

Lire aussi  Agression Rwandaise en RDC : les FARDC "dénoncent un comportement va-t-en-guerre" du M23/RDF en gestation au Nord-Kivu

Le député Prince Kihangi Kyamwami demande au gouvernement congolais d’endosser effectivement ses responsabilités et de matérialiser le plutôt le Programme DDRC-S. Il appelle néanmoins les jeunes membres des groupes armés locaux à revenir au bon sens.

Il sied de signaler que le groupement Ikobo, du secteur de Wanianga dans le territoire de Walikale, fait face à une nouvelle menace des groupes armés. Des affrontements dans les villages de Bukumbirwa et Rusamambu entre les factions Maï-Maï NDC-R et FPP/AP ont poussé plusieurs civils au déplacement. Cette situation est aussi à la base de la suspension des activités scolaires dans une dizaine d’écoles primaires et secondaires de la région.

 

Didy Vitava, à Butembo

 

 

Lire aussi

Les plus populaires