Nairobi III : Les groupes armés adhèrent au PDDRCS et réclament la tête de son principal responsable

En présence de tous les délégués des groupes armés, de la société civile , des femmes victimes des violences sexuelles de l’Ituri, Nord Kivu, Sud Kivu, Maniema et Tanganyika ( 225) , la troisième session des consultations de paix de Nairobi vient de clôturer ses travaux ce mardi à la mi-journée.

Le communiqué final signé par le Facilitateur Uhuru Kenyatta, le Mandataire spécial du Chef de l’Etat et tous les représentants des groupes armés reprend 10 principales décisions et résolutions dont l’acceptation du PDDRCS (Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation), tout en désavouant de manière unanime son principal animateur national.
 » les groupes armés expriment leur manque de confiance avec certains animateurs du PDDRCS au regard de leurs passé accablant qui a été décrié par les groupes armés et les autres composantes de la société civile,
le facilitateur s’engage à discuter de la question avec le président de la république démocratique du congo », souligne le communiqué à ce sujet .

Les signataires du communiqué de Nairobi III ont aussi décidé de la mise en place d’un groupe de travail devant examiner et traiter la question des détenus et prisonniers des groupes armés et faire rapport aux instances judiciaires spécialisées pour une solution idoine.


Le Facilitateur de Nairobi III s’est engagé à porter à l’attention du Chef de l’Etat des revendications d’intégration dans l’armée régulière congolaise des membres des groupes armés, lesquelles sont contraire à l’esprit du PDDRCS .

Les participants ont en outre demandé que le programme de développement des 145 territoires travaille en étroite collaboration avec le PDDRCS afin de permettre l’intégration des membres des communautés en vue de créer des opportunités d’emploi , de commerce et d’entrepreunariat au niveau local.

Un appel au soutien des partenaires humanitaire a été lancé à l’endroit du PDDRCS.

Enfin , une série de rencontres est prévue au mois de janvier 2023 dans les villes de Goma , Bukavu et Bunia pour évaluer les progrès réalisés et les préparatifs des autres résolutions à moyen et long terme.

CP

Lire aussi

Les plus populaires