Beni – Épidémie de rougeole en zone de santé d’Oïcha : Au moins 272 cas positifs notifiés en 3 mois

 

La zone de santé d’Oicha, chef-lieu du territoire de Beni (Nord-Kivu) fait face à une menace de l’épidémie de rougeole. En l’espace de trois (3) mois, cette entité sanitaire a notifié un total de deux cent soixante-douze (272) cas positifs.

Ces chiffres ont été livrés lundi 18 décembre par Kule Kyusa, infirmier superviseur chargé des soins préventifs au sein de cette zone de santé. À l’en croire, depuis mi-septembre dernier, au moins trois (3) décès ont été enregistrés parmi les malades.

« La zone de santé d’Oïcha est en épidémie de rougeole. Jusqu’à présent dans toute la zone de santé, on vient d’avoir 272 cas de rougeole », a-t-il déclaré.


Prise en charge des malades

Jusque-là, la zone de santé d’Oïcha se contente des moyens locaux, peu suffisants pour faire face à cette maladie virale. Les malades sont pris en charge au sein des formations sanitaires locales ainsi qu’à l’hôpital général de référence.

Le chargé des soins préventifs au sein de cette zone de santé rapporte à ACTU7.CD qu’au sein de ces structures sanitaires, les malades de la rougeole sont isolés des autres patients. Une stratégie adoptée dans le souci d’éviter des contaminations massives.

Des couches plus affectées que les autres

Selon l’infirmier Kule Kyusa, les enfants sont les plus attaqués par cette épidémie de rougeole. Il précise que leurs effectifs sont croissants dans les aires de santé de Mabasele, Tenambo et Masosi. Ce professionnel de la santé fait croire que la malnutrition ainsi que la la privation du vaccin à certains des enfants déplacés serait l’un des facteurs prépondérants dans cette contamination croissante dans les rangs enfants.

Le chargé des soins préventifs au sein de la zone de santé d’Oïcha plaide pour l’intervention du Gouvernement congolais et ses partenaires afin de faire efficacement face à cette épidémie. Il redoute néanmoins que le surpeuplement de cette zone suite l’afflux des populations qui fuient les massacres des civils aux environs d’Oïcha et dans d’autres entités du territoire de Beni, favorise la propagation de cette maladie.

Didy Vitava

 

 

Lire aussi

Les plus populaires