Guerre Rwanda contre RDC : Un notable déplore le laxisme de l’EAC et de la communauté internationale dans les actions à entreprendre pour restaurer la paix

Face au laxisme des forces de la communauté d’Afrique de l’Est/EAC et de la communauté internationale dans les actions à entreprendre pour restaurer la paix dans l’Est de la République Démocratique du Congo et qui frise la complicité, le Notable Jonas Kasimba invite les congolais à se mettre débout et sauver le pays.

Dans un entretien accordé à ACTU7.CD, ce politologue Congolais et Notable de l’Est exprime son inquiétude sur la détérioration de la situation sécuritaire avec la guerre actuellement à Kitshanga dans le territoire de Masisi et dans d’autres coins de la province qui risque d’avoir un effet nefaste sur la bonne tenue des élections prévues en 2023.

Tout en invitant le Gouvernement à avoir bon pied bon œil face aux terroristes du M23 qui veulent avoir le beurre et l’argent du beurre, ce Notable recommande au aux autorités de trouver une solution à cette crise, de fil en aiguille. Et en attendant, Jonas Kasimba invite tous les Congolais à se mettre débout et sauver le pays face à l’hégémonie rwandaise.


Ce politologue Congolais avait déjà prévenu depuis l’année dernière qu’il y avait 6 priorités sans lesquelles, selon lui, la tenue des élections restera hypothétique en RDC en 2023 et qui risquent de constituer un talon d’Achille.

Lire aussi  Nord-Kivu : Deux civils tués par des présumés rebelles Nyatura à Rutshuru

Jonas Kasimba soutenait que si ces préalables étaient réunis, ils pourraient rabibocher toutes les parties prenantes afin que la 4e législature ait droit au « Jus civitatis » littéralement traduit par le « droit de cité ».

Ce politologue congolais citait parmi ces préalables, l’actualisation de la cartographie électorale, l’enrôlement des électeurs, le Nettoyage du fichier électoral, c’est la quatrième approche que le politologue Congolais évoquait dans son syllogisme avant d’aborder aussi la question de la loi de répartition des sièges.

Pour la tenue des élections en 2023, J. Kasimba pensait aussi que l’ouverture des bureaux dès la réception des candidatures serait une nécessité avant d’ajouter à cela, le facteur « argent » sans lequel rien ne peut se faire.

En épilogue, Jonas Kasimba insiste par ailleurs sur la restauration de la paix sur toute l’étendue de la RDC pour permettre aux citoyens d’exercer ce droit civique dans la quiétude.

David Lupemba

 

Lire aussi

Les plus populaires