Cris des jeunes contre Tshisekedi au stade : « C’est juste une interpellation pour l’USN de travailler encore dur pour donner un 2è mandat à F. Tshisekedi » (Séraphin Umba)

Séraphin Umba propose un autre point de vue au sujet des cris lancé par la jeunesse présente au stade des Martyrs de la Pentecôte jeudi dans le cadre de la rencontre avec le pape François, rappelant à Félix Tshisekedi la fin proche de son mandat. Le secrétaire général de l’UDPS/Kibassa parle plutôt d’une « interpellation » à la famille politique du Président de la République.

Le SG du parti d’Augustin Kibassa Maliba estime que ce message des jeunes est un mobile de plus pour que l’Union sacrée de la nation déploie encore toutes les énergies possibles afin de travailler dur le reste de temps du mandat de Félix Tshisekedi, question de lui octroyer un second mandat à la présidentielle de fin décembre 2023.

« Il est imprudent de s’énerver contre un groupe de jeunes scandant des cris hostiles au régime actuel du genre : “Fatshi, oyebela, mandat esili” (traduisez : Fatshi, prends conscience, ton mandat est à la fin). (…) », a précisé Maître Séraphin Umba qui rappelle que le mandat est de cinq (5) ans renouvelable une fois.


Et de poursuivre : « Ces chants et autres cris d’un groupe de jeunes au Stade devant le Pape, ne nous estomaquent pas, mais c’est juste pour nous de l’Union sacrée une interpellation de travailler encore dur sur terrain à une année des élections pour donner à Félix Tshisekedi un deuxième mandat et une majorité parlementaire confortable pour l’aider à poursuivre ses réalisations, dans le but du développement du congo. Donc, parler du mandat qui arrive à terme, revient à parler de la fin d’un premier mandat constitutionnel et de la fin d’un régime ou d’un pouvoir au regard de la constitution qui en prévoit un deuxième ».

Lire aussi  Marche LAMUKA : Le journaliste Patient Ligodi arrêté et brutalisé par la Police

Alors que le souverain pontife leur a demandé de dire ensemble « pas de corruption », les jeunes, plus de 65.000 selon la télévision catholique KTO, ont préféré rappeler à Félix Tshisekedi que son mandat arrivait à terme bientôt. Plusieurs analystes voient en cet agissement un ras-le-bol exprimé par la population suite à la misère multidimensionnelle qui la frappe de plein fouet.

Ambongo « hors-jeu »

Le discours de l’archevêque de Kinshasa à la messe du 1er février dernier aux côtés du pape François, n’est pas passé inaperçu aux yeux de Séraphin Umba. Pour lui, le cardinal de la RDC n’a pas émis sur la même longueur d’ondes que l’homélie du successeur de l’apôtre Pierre qui a prôné la paix, l’unité, la réconciliation et surtout le pardon.

« L’archevêque métropolitain de Kinshasa, était hors-jeu. Parlant de la souffrance du peuple et des élections libres, transparentes, inclusives, crédibles et apaisées, le cardinal a voulu jouer à un jeu politique. Ce qui n’est pas bon pour un prélat qui a pour rôle de prier pour les autorités, chose que le cardinal Ambongo ne fait pas. Il a toujours affiché son appartenance à un camps politique », s’est indigné le secrétaire général de l’UDPS/Kibassa tout en invitant chacun à jouer son rôle pour la paix.

Lire aussi  Kwilu : "Nous sommes en train de récolter les signatures pour déchoir notre bureau" (Député Claude Kumpel)

Lors de sa prise de parole à la messe papale, le cardinal Ambongo a estimé que « le peuple congolais souffre dans son corps et dans son âme ». Il a demandé au pape François de prier pour que se tiennent de bonnes élections en décembre prochain.

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires