Enrôlement des électeurs dans des régions en proie à l’insécurité : La CENI pourra communiquer sur la « 2è et 3è stratégie » après évaluation de la situation

 

L’opération d’enrôlement des électeurs a été lancée, ce jeudi 16 février, dans la 3è aire opérationnelle. Seulement, parmi les provinces concernées par cette troisième étape, certaines sont frappées par une insécurité notoire. C’est la raison pour laquelle Patricia Nseya, rapporteur la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a, dans une conférence de presse ce même jeudi, annoncé quelques stratégiques mises en place par la centrale électorale pour ces cas de figures.

À en croire ce haut cadre de la CENI, les déplacés de guerre font partie de la 1ère stratégie.

« La 1ère stratégique, c’est celle d’enrôler les déplacés. Ils vont mettre leurs adresses principales qu’ils ont eues quand ils étaient à Rutshuru, Nyiragongo, ou Masisi », a souligné Patricia Nseya.


Cependant, la situation sécuritaire dans la partie Est de la RDC n’a pas encore montré de signes de déclin. C’est pourquoi, répondant à la question d’ACTU7.CD, le rapporteur le Commission Électorale Nationale Indépendante s’est montrée rassurante, car, selon elle, des réunions se tiennent régulièrement avec les autorités centrales et provinciales, mais aussi les forces vives de la province.

Lire aussi  Désignation à la CENI : seul Dodo Kamba et son groupe auditionnés devant la Commission paritaire de l'Assemblée nationale, Utembi et Nsenga absents

« Nous allons évaluer ensemble avec le Gouvernement sur comment évolue la situation sécuritaire. Et là, on pourra peut-être vous communiquer la seconde et la 3è stratégie », a-t-elle lancé.

Les cas Kwamouth et Maluku

Dans son adresse face à la presse, Patricia Nseya a également fait mention de deux (2) autres entités frappées par l’insécurité, mais qui figurent plutôt dans la première aire opérationnelle. Il s’agit de la commune de Maluku à Kinshasa où les opérations ont été stoppées net en raison de l’insécurité, mais aussi le territoire de Kwamouth, dans la province du Maï-Ndombe, vidé de sa population en raison du conflit intercommunautaire entre Teke et Yaka.

Bien que c’est ce vendredi que se clôturent les opérations d’enrôlement et identification de la population dans la 1ère aire opérationnelle, les deux (2) entités vont bénéficier d’une sorte de rattrapage au moment où la sécurité sera restaurée.

Patrick Nguwo

 

Lire aussi

Les plus populaires