Ituri : L’opération d’enrôlement partiellement lancée à travers la province (constat)

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) vient de lancer, ce jeudi 16 février, l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs dans l’aire opérationnelle 3, composée des provinces de l’ituri, Nord et Sud-Kivu, Maniema, Haut-Uélé et Tshopo.

En province de l’ituri, c’est le méli-mélo. En ville de Bunia, chef-lieu de province, les activités sont lancées et les gens se bousculent devant les portes de plusieurs centres pour s’enrôler.

En territoire de Mambasa, pendant ce temps, ces activités ont été lancées seulement pour neuf (9) centres présentement opérationnels, sur les soixante-huit (68) que compte ce territoire.


Par ailleurs, dans le territoire de Mahagi, l’opération débute dans quatre (4) centres de la commune, parmi tant d’autres. Même en territoire d’Aru, le lancement était également au rendez-vous.

Cependant, les territoires d’Irumu et Djugu souffrent encore de problèmes organisationnels, selon plusieurs sources, d’où cette opération d’enrôlement n’a pas débuté ce jeudi comme prévu.

Lire aussi  RDC : "je pars à Lubumbashi pour une réunion avec son excellence Joseph Kabila" (Sylvestre Ilunga)

Les habitants de ces zones indiquent que la plus grande difficulté reste le retard dans le déploiement des matériels et des agents de la CENI pour l’effectivité de ce processus, à cause de l’insécurité.

« Chez nous ici en commune de Mungwalu, l’opération n’a pas débuté. Certaines autorités disent que les matériels sont là, mais le chef d’antenne est encore à Bunia. On ne sait pas comment l’activité est organisée », indique un habitant du territoire de Djugu.

Puisqu’il s’agit du territoire de Djugu, il faut noter que l’activisme de la CODECO (Coopérative pour le Développement du Congo) ne faiblit pas. Des cas de tueries de la population sont régulièrement signalés. À Mambasa, on parle encore de l’ADF (Forces Démocratiques Alliées) qui ne laissent pas tranquille la population avec des cas d’incisions régulières. L’insécurité est également persistante dans le territoire d’Irumu, comme à Mahagi.

Moïse Ulang’u

Lire aussi

Les plus populaires