« la persistance de la guerre à l’Est de notre pays risque d’hypothéquer le processus électoral dont les opérations d’enrôlement sont déjà en cours » (Tshisekedi)

 

Lors de son discours lundi à la 52e session du conseil des droits de l’homme des Nations-Unies qui se tient à Genève, le président de la République Démocratique du Congo a expliqué que la persistance de la guerre dans l’Est de son pays risque d’hypothéquer le processus électoral dont les opérations d’enrôlement sont en cours.

« Quant aux élections générales prévues pour le 20 décembre prochain, une autre matière qui touche aux libertés fondamentales et aux droits fondamentaux des citoyens, le Gouvernement de la République et moi-même attachons le plus grand
intérêt et portons une attention soutenue à leur tenue en toute transparence, en toute liberté et sans exclusion basée sur des considérations politiques, tribales ou ethniques », a déclaré Félix Tshisekedi.

Toutefois poursuit-il, la persistance de la guerre à l’Est de notre pays risque d’hypothéquer le processus électoral dont les opérations d’enrôlement sont déjà en cours par suite du déplacement massif des personnes des zones des combats, de l’insécurité
et de l’inaccessibilité à ces zones.

Lire aussi  Ituri : Deux éco-gardes arrêtés pour meurtre à Mambasa

« Il est donc absolument impérieux que la communauté internationale s’implique davantage activement aux côtés de la RDC pour la restauration de la paix et de l’autorité de l’État dans cette partie du territoire national », a dit le chef de l’État congolais.

A cette occasion, il a une fois de plus dénoncé son voisin Rwandais Paul Kagame qui soutient les terroristes du M23 pour déstabiliser la RDC et piller ses minerais.

« C’est au moment où toutes les initiatives et actions que je viens d’exposer sont en cours et commencent à porter leurs fruits que les autorités rwandaises ont ressuscité le Mouvement terroriste du 23 mars, M23, défait en 2013 par nos Forces Armées avec l’appui des troupes internationales de la MONUSCO, pour agresser la RDC et bloquer le processus de paix de Nairobi dans le but inavoué de poursuivre le pillage des ressources naturelles de la RDC et de placer sous imperium rwandais une partie de son territoire national, le Nord-Kivu », a dit Félix Tshisekedi.

Lire aussi  Consultations : "Quand on constate que nous n'allons pas dans la bonne direction, il faut savoir s'arrêter" (Kibassa Maliba)

Les assises de la 52e session du conseil des droits de l’homme des Nations-Unies vont se clôturer le 4 mars 2023.

JKM

 

Lire aussi

Les plus populaires