Transition sans Tshisekedi : « Il est permis à tout le monde de rêver » (Fiyou Ndondoboni à Martin Fayulu)

 

Dans un entretien avec actu7 mercredi 22 mars 2023 à Kinshasa, le président du parti Orange Fiyou Ndondoboni est revenu sur la déclaration de l’opposant Martin Fayulu qui appelle à une transition sans Félix Tshisekedi en cas de non organisation des élections en décembre 2023.

Pour ce cadre de l’Union sacrée de la nation, chaque acteur politique devrait s’organiser pour être prêt à participer aux élections en lieu et place de prêter des intentions sur une situation qui n’est pas réelle.

« Il est permis à tout le monde de rêver. Le chef de l’État lui-même est dans la vision d’organiser les élections. Je pense que les acteurs devraient plutôt réfléchir à comment s’organiser et aller aux élections au lieu de prêter des intentions sur une situation qui n’est pas un fait réel », a déclaré Fiyou Ndondoboni.


Et d’ajouter, « donc la CENI contrôle l’organisation des élections, elle va nous amener aux élections et il est demandé à chaque acteur politique de s’organiser pour qu’il soit prêt à participer à ces élections en 2023 ».

Lire aussi  Législatives nationales 2023 : Sur plus de 28 000 candidatures reçues, 23.653 jugées recevables (Denis Kadima)

Pour mémoire, dans une interview accordée le jeudi 27 octobre à RFI et France 24, l’opposant congolais Martin Fayulu a exprimé ses craintes sur le fait que les élections soient reportées en 2024.
Pour Fayulu, il faudrait que, l’actuel président Félix Tshisekedi quitte le pouvoir dans les délais constitutionnels, c’est-à-dire au plus tard le 23 janvier 2024.
Ensuite, que le président de transition (le président du Sénat, selon la loi), qui lui succédera, organise les élections présidentielle et législatives dans un délai maximum de quatre mois, c’est-à-dire avant le 23 mai 2024, comme le prévoit la loi en cas d’empêchement présidentiel.

Martin Fayulu avait soutenu que cette option est levée dans la mesure où, il entend l’avis des experts qui indiquent qu’il est impossible d’organiser des élections « correctes et impartiales » dans les délais, c’est-à-dire avant le 31 décembre 2023.

JKM

 

Lire aussi

Les plus populaires