Kinshasa – Attaque de milice « Mobondo » : « Les dispositions sont prises pour sécuriser la population « (General Stasin Kizumu)

Le commandant de la quatorzième (14è) région militaire des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), le Général-major Stasin Kizumu affirme que la situation est sous contrôle des Forces Armées à la suite d’une attaque de la milice « Mobondo » dans le village Yosso, à quelques kilomètres de Kinshasa. Ainsi, il rassure que toutes les dispositions ont été prises pour la sécurisation de la population dans la partie Est de la capitale notamment dans le plateau de Bateke.

Dans une interview accordée aux confrères de Radio Okapi, le Général Stasin Kizumu a, non seulement, révélé les circonstances de cette attaque, mais il a également rassuré que la situation n’est pas aussi décousue comme cela semble puisque l’ordre public a été aussitôt rétabli.

« Il ne s’agissait pas d’une débandade, il s’agissait de la prise de position à la recherche des couverts qui est un des réflexes militaires. Quand vous êtes surpris, vous devrez chercher où vous abritez avant de réagir, de manière à ne pas mettre votre vie en danger. Donc ce mouvement des Forces Armées ne doit pas être compris par la population comme une débande », a-t-il déclaré.

Lire aussi  Sud-Kivu : 20 ans après les massacres de Katogota, Denis Mukwege demande que justice soit faite

Et de poursuivre : « Que ce soit à Yosso ou à Mbuyi dans le groupement Mongata, que ça soit à Menkao, les assaillants s’étaient infiltrés. Et au niveau de Yosso, ils ont tué…Les militaires étaient partis rapidement et ils ont trouvé que nos concitoyens étaient déjà tués ».

D’après cet officier de l’armée congolaise, les FARDC ont réagi jusqu’à neutraliser quelques assaillants dont leur chef de bande, avant de révéler ce qui s’est passé réellement à Menkao : « Un concitoyen voulait récupérer le corps de son frère qui était mort d’une mort naturelle dans la profondeur du groupement Nguma. Alors, il a demandé que les policiers puissent l’accompagner, la police a pris le véhicule et ils sont partis. Pendant ce temps, les assaillants étaient signalés et ils ont tendu une embuscade au cours de laquelle il y a eu deux blessés des policiers, un véhicule de la police qui a été calciné et un véhicule civil calciné aussi et malheureusement le chauffeur du véhicule civil aussi a été calciné ».

Profitant de l’occasion, le commandant de la 14è région militaire des FARDC a invité la population à appuyer l’armée et la police. De plus, il a appelé ces assaillants à revenir à la raison.

Lire aussi  EAC : Paul Kagame reçoit une délégation Burundaise à Kigali

Contexte

À Kwamouth, dans la province voisine de Mai-Ndombe, un conflit foncier oppose depuis juin les Teke qui se considèrent comme originaires et propriétaires des villages situés le long du fleuve Congo sur une distance d’environ deux cents (200) kilomètres, aux Yaka venus s’installer après eux. Les violences ont fait au moins trois cents (300) morts, selon Human Rights Watch. Les populations ont fui la zone de conflits pour rejoindre notamment la commune périphérique de Maluku, à une centaine de kilomètres de la capitale Kinshasa.

La nuit de samedi à dimanche 7 mai, une attaque a visé le village de Yosso ayant causé des pertes en vies humaines. Le lendemain à Mbakana, des jeunes gens ont pris 2 militaires pour aller à l’assaut des soi-disant combattants de Mobondo qui se seraient cachés dans une des maisons. Finalement quand les autres sont arrivés, ils ont tiré à bout portant. Le pire est arrivé c’est des innocents qui ont succombé. Le bilan fait état de dix (10) morts dont deux 2 enfants.

Cink Inkonge

Lire aussi

Les plus populaires