Journée mondiale des télécoms : Kibassa Maliba appelle les opérateurs à s’engager en faveur des offres des services optimales qui visent l’ensemble du territoire national (Discours)

Le monde entier célèbre ce 17 mai 2023, la journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information. « Autonomiser les Pays Moins Avancés (PMA) grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication », tel est le thème choisi pour cette année.

A cette occasion, le ministre congolais des Postes Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la communication, a dans un message à la nation, appelé les opérateurs du secteur public que privé à s’engager en faveur des offres des services optimales qui visent l’ensemble du territoire national.

Ci-dessous le discours du ministre Augustin Kibassa Maliba


Allocution de Son Excellence Monsieur Augustin KIBASSA MALIBA,
Ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication de la République Démocratique du Congo
À l’occasion de la Journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information, le 17 mai 2023.

Chers Compatriotes,

Le 17 mai de chaque année, le monde entier sous l’égide de l’Union Internationale des Télécommunications commémore la Journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information.
Cette date symbolise la création de cette Organisation spécialisée en matière des Télécommunications au sein du Système des Nations Unies, où la République Démocratique du Congo est membre à part entière, et le 17 mai est aussi la date de commémoration de la signature en 1865 de la Première Convention Télégraphique Internationale qui a permis à la communauté mondiale de vivre plusieurs générations après, des avancées spectaculaires et innovations techniques et technologiques majeures dans le secteur des Télécommunications.
Dans la quête de la construction d’un village planétaire, où les inégalités dans l’offre des services des Télécommunications et TIC devraient céder la place à l’accès universel gage de développement durable dans l’ensemble de la planète, l’UIT nous invite, cette année, à réfléchir sur comment “autonomiser les Pays Moins Avancés (PMA) grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication“, tel est le thème retenu pour ce 17 mai 2023.

Et si plusieurs réunions organisées par l’UIT ont servi de forum pour chercher des pistes de solutions à cette fracture qui gagne les pays catégorisés les moins avancés ; qui vivent dans la pauvreté, le sujet demeure d’actualité.
Les études menées par l’UIT démontrent qu’un tiers des 2,7 milliards de personnes ne sont toujours pas connectées à l’internet dans 46 pays moins avancés. La fracture numérique concerne plus l’Afrique, qui regorge malheureusement la majorité des 46 pays dits moins avancés dont la République Démocratique du Congo. Ce qui maintient leurs économies vulnérables avec un faible revenu par habitat.

L’offre de collectivité universelle à l’échelle mondiale est donc un levier essentiel dans la réponse pour atteindre la croissance économique et se projeter dans les objectifs de développement durable (ODD) des Etats Membres, d’ici 2030.
Les technologies numériques devenant cet outil moderne de contact entre humains, de maîtrise de la connaissance et du monde.
Chers Compatriotes,
Pour résorber le déficit d’accès universel des services des Télécommunications et TIC, bon nombre des Etats investissent dans l’offre attractive des services dans les milieux ruraux et enclavés.
Investir dans la transformation numérique par l’implémentation des infrastructures de base sur l’ensemble du territoire des Etats concernés par cette fracture est un challenge que la RDC tente de relever, sous la vision et le leadership du Chef de l’Etat, Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République.
Le Gouvernement Sama Lukonde s’est inscrit dans la modernisation et la transformation des zones rurales pour créer des pôles économiques, à travers le Programme des 145 Territoires.
Ce vaste chantier de développement est une réponse proposée en RDC face aux enjeux d’autonomisation par la construction des infrastructures des TIC dans les normes d’aménagement des territoires.
Sur cette même lancée, le Gouvernement a également adapté l’arsenal juridique pour offrir le cadre et créer les conditions de conjuguer des efforts dans la mise en œuvre des infrastructures de base devant inciter les opérateurs publics et privés à investir dans les zones à faible rentabilité, et susciter de l’attractivité et le développement de ces parties du territoire national.
L’opérationnalisation du fonds du service universel, prévu dans la loi n°20/017 du 25 novembre 2020 relative aux télécommunications et aux TIC en est l’illustration qui permettra d’accompagner et de favoriser l’investissement dans les zones reculées et dépourvues d’infrastructures de base. Compenser les faibles revenus de ces zones pour les opérateurs désignés.

Lire aussi  RDC : Des élus invités à initier une motion de censure contre Ilunkamba pour "manque d'efficacité dans la gestion du pays"

Chers Compatriotes,

Il est important de souligner que l’Union Internationale des Télécommunications a mis en place une approche globale dans le cadre d’un plan dit “Coalition pour le numérique“ (Partner2connect) afin de mobiliser des ressources nécessaires par des nouveaux partenaires en vue de doter des Pays Moins Avancés des opportunités de connecter les villes et territoires encore dans un trou noir.
Je lance donc un appel à tous les partenaires stratégiques et opérateurs du secteur public que privé de s’engager en faveur des offres des services optimales qui visent l’ensemble du territoire national et permettre aussi à nos populations de sortir de l’isolement.
Les Technologies de l’Information et de la Communication changent le mode de vie, favorisent le développement de nos Etats et les rendent viables et compétitifs.
D’autant plus que la croissance économique en dépend, l’autonomie tant souhaitée ne peut se construire sans un engagement de tous les acteurs : consommateurs, fournisseurs d’accès, partenaires et institutions publiques…
Tel est mon message à l’occasion de cette Journée mémorable du 17 mai pour le secteur des Télécommunications et TIC.
Que vive l’Union Internationale des Télécommunications,
Que vive la Journée Mondiale des Télécommunications et la Société de l’Information et de la Communication,
Que vive la République Démocratique du Congo.

Je vous remercie

Journée mondiale des télécoms : Kibassa Maliba appelle les opérateurs à s’engager en faveur des offres des services optimales qui visent l’ensemble du territoire national (Discours)

 

Le monde entier célèbre ce 17 mai 2023, la journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information. « Autonomiser les Pays Moins Avancés (PMA) grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication », tel est le thème choisi pour cette année.

A cette occasion, le ministre congolais des Postes Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la communication, a dans un message à la nation, appelé les opérateurs du secteur public que privé à s’engager en faveur des offres des services optimales qui visent l’ensemble du territoire national.

Ci-dessous le discours du ministre Augustin Kibassa Maliba

Allocution de Son Excellence Monsieur Augustin KIBASSA MALIBA,
Ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication de la République Démocratique du Congo
À l’occasion de la Journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information, le 17 mai 2023.

Chers Compatriotes,

Le 17 mai de chaque année, le monde entier sous l’égide de l’Union Internationale des Télécommunications commémore la Journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information.
Cette date symbolise la création de cette Organisation spécialisée en matière des Télécommunications au sein du Système des Nations Unies, où la République Démocratique du Congo est membre à part entière, et le 17 mai est aussi la date de commémoration de la signature en 1865 de la Première Convention Télégraphique Internationale qui a permis à la communauté mondiale de vivre plusieurs générations après, des avancées spectaculaires et innovations techniques et technologiques majeures dans le secteur des Télécommunications.
Dans la quête de la construction d’un village planétaire, où les inégalités dans l’offre des services des Télécommunications et TIC devraient céder la place à l’accès universel gage de développement durable dans l’ensemble de la planète, l’UIT nous invite, cette année, à réfléchir sur comment “autonomiser les Pays Moins Avancés (PMA) grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication“, tel est le thème retenu pour ce 17 mai 2023.

Lire aussi  Désignation du président de la CENI : Nouvel échec au centre interdiocésain, les discussions entre 6 et 2 ont accouché d'une souris

Et si plusieurs réunions organisées par l’UIT ont servi de forum pour chercher des pistes de solutions à cette fracture qui gagne les pays catégorisés les moins avancés ; qui vivent dans la pauvreté, le sujet demeure d’actualité.
Les études menées par l’UIT démontrent qu’un tiers des 2,7 milliards de personnes ne sont toujours pas connectées à l’internet dans 46 pays moins avancés. La fracture numérique concerne plus l’Afrique, qui regorge malheureusement la majorité des 46 pays dits moins avancés dont la République Démocratique du Congo. Ce qui maintient leurs économies vulnérables avec un faible revenu par habitat.

L’offre de collectivité universelle à l’échelle mondiale est donc un levier essentiel dans la réponse pour atteindre la croissance économique et se projeter dans les objectifs de développement durable (ODD) des Etats Membres, d’ici 2030.
Les technologies numériques devenant cet outil moderne de contact entre humains, de maîtrise de la connaissance et du monde.
Chers Compatriotes,
Pour résorber le déficit d’accès universel des services des Télécommunications et TIC, bon nombre des Etats investissent dans l’offre attractive des services dans les milieux ruraux et enclavés.
Investir dans la transformation numérique par l’implémentation des infrastructures de base sur l’ensemble du territoire des Etats concernés par cette fracture est un challenge que la RDC tente de relever, sous la vision et le leadership du Chef de l’Etat, Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République.
Le Gouvernement Sama Lukonde s’est inscrit dans la modernisation et la transformation des zones rurales pour créer des pôles économiques, à travers le Programme des 145 Territoires.
Ce vaste chantier de développement est une réponse proposée en RDC face aux enjeux d’autonomisation par la construction des infrastructures des TIC dans les normes d’aménagement des territoires.
Sur cette même lancée, le Gouvernement a également adapté l’arsenal juridique pour offrir le cadre et créer les conditions de conjuguer des efforts dans la mise en œuvre des infrastructures de base devant inciter les opérateurs publics et privés à investir dans les zones à faible rentabilité, et susciter de l’attractivité et le développement de ces parties du territoire national.
L’opérationnalisation du fonds du service universel, prévu dans la loi n°20/017 du 25 novembre 2020 relative aux télécommunications et aux TIC en est l’illustration qui permettra d’accompagner et de favoriser l’investissement dans les zones reculées et dépourvues d’infrastructures de base. Compenser les faibles revenus de ces zones pour les opérateurs désignés.

Chers Compatriotes,

Il est important de souligner que l’Union Internationale des Télécommunications a mis en place une approche globale dans le cadre d’un plan dit “Coalition pour le numérique“ (Partner2connect) afin de mobiliser des ressources nécessaires par des nouveaux partenaires en vue de doter des Pays Moins Avancés des opportunités de connecter les villes et territoires encore dans un trou noir.
Je lance donc un appel à tous les partenaires stratégiques et opérateurs du secteur public que privé de s’engager en faveur des offres des services optimales qui visent l’ensemble du territoire national et permettre aussi à nos populations de sortir de l’isolement.
Les Technologies de l’Information et de la Communication changent le mode de vie, favorisent le développement de nos Etats et les rendent viables et compétitifs.
D’autant plus que la croissance économique en dépend, l’autonomie tant souhaitée ne peut se construire sans un engagement de tous les acteurs : consommateurs, fournisseurs d’accès, partenaires et institutions publiques…
Tel est mon message à l’occasion de cette Journée mémorable du 17 mai pour le secteur des Télécommunications et TIC.
Que vive l’Union Internationale des Télécommunications,
Que vive la Journée Mondiale des Télécommunications et la Société de l’Information et de la Communication,
Que vive la République Démocratique du Congo.

Je vous remercie

Lire aussi

Les plus populaires