RDC : L’Union sacrée/Nord-Kivu exige la levée de l’état de siège « pour inefficacité »

La Coordination provinciale de l’Union sacrée/Nord-Kivu s’inscrit en faux contre les propos « malencontreux et maladroits de la cellule de communication du Gouverneur militaire de la province le Lieutenant-Général Constant Ndima, sur les dossiers mafieux de spoliation des biens du domaine privé et public de l’État ».

À l’issue d’une réunion en session extraordinaire tenue mardi 16 mai 2023 à Goma, la plateforme électorale de Félix Tshisekedi au Nord-Kivu dit avoir constaté que des personnes impliquées dans la dépossession des biens de l’Etat « ont été curieusement désignées par le Gouverneur militaire comme membres de la commission d’enquête ». « Chose qui frise la complicité », disent les membres de cette structure.

Aussi, cette plateforme en province affirme que les militaires animateurs de l’état de siège, censés restaurer l’autorité de l’état en province, se sont plutôt illustrés « dans une sorte d’affairisme notoire ». « C’est pourquoi des phénomènes longtemps décriés comme quarante voleurs, Kasuku, kidnapping, tueries en série dans la ville de Goma ont gagné de l’ampleur pendant cette période pourtant exceptionnelle dite état de siège », déplore l’union sacrée au Nord-Kivu.


Dans la foulée, celle-ci condamne l’arrestation arbitraire de plusieurs personnes ayant résisté contre la spoliation des biens de l’État parmi lesquelles la cheffe de division des affaires sociales Rusimbuka Domitille qui a refusé de céder le centre de promotion social de
Karisimbi communément appelé “Foyer social” et Me Jimmy Nzialy qui vit en clandestinité suite à plusieurs menaces pour avoir dénoncé le comportement « antipatriotique et mafieux
du Gouverneur militaire et ses complices ».

Lire aussi  Beni : Deux éléments de la Police blessés, leurs armes emportées dans une attaque des rebelles Maï-Maï à Bashu

Selon l’union sacrée/Nord-Kivu, la population se désintéresse de plus
en plus et manque de confiance aux actions du Chef de l’Etat suite à
l’inefficacité sociale et politique de l’état de siège ».

Eu égard à tout ce qui précède, l’Union Sacrée de la Nation en province du Nord-Kivu demande la recomposition de la commission d’enquête qui serait à « la solde du Gouverneur militaire ». Elle demande aussi au Chef de l’État Félix Tshisekedi, commandant suprême des FARDC, de lever l’état de siège le plus rapidement possible, pour permettre à l’Union Sacrée de la Nation de jouer le rôle politique qui est le sien pour sa réélection en 2023.

L’Union sacrée de la Nation Nord-Kivu exige, pour ce faire, une vraie commission d’enquête afin d’établir les responsabilités pour que les coupables et leurs complices censés protéger les biens publics de l’État
répondent de leurs actes devant la justice.

David Lupemba

Lire aussi

Les plus populaires