Kinshasa : Une locomotive sans tête ?

 

Mégalopole de 14 millions d’habitants, la ville province de Kinshasa fait plutôt face à plusieurs défis accumulés faute d’une vision dans le chef de celui qui la dirige. Une locomotive sans tête vouée à la perdition comme c’est le cas, constate un analyste. Que des défis restés inamovibles en 4 ans de règne !

Prenons à titre illustratif la problématique de l’éternelle question d’insalubrité. L’autorité provinciale, Gentiny Ngobila n’a pas pu apporter un remède efficace. Son opération Kin bopeto n’a été selon des analystes qu’une vaste escroquerie sans nom. Quel gâchis! s’exclame un membre de son entourage. Le gouverneur dépourvu d’une politique claire en matière d’insalubrité a échoué. Voilà sa côte. À réaliser que depuis son arrivée au pouvoir, Félix Tshisekedi fait défiler les puissants du monde dans une ville aussi pitoyable, cela donne un coup de froid.

Pendant que le nœud du problème se trouve ailleurs, l’homme de Yumbi a enchaîné projets et opérations morts-nés, lesquels ont fini par dévoiler les vraies intentions de l’autorité provinciale : dilapider les finances publiques, murmure un habitué de l’hôtel de Ville. Faisant la globalité, rien de bon : Kin bopeto, Kin sans trou, kintoko, la liste est longue. Aucune initiative n’a donné un quelque résultat.

Lire aussi  Crise RDC-Rwanda : Anthony Blinken serait-il Madeleine Albright II ?

La ville de Kinshasa ressemble aujourd’hui à une locomotive sans tête, livrée à la merci de tout le monde. À cette allure, il faut craindre le pire. L’avenir de la capitale hypothéquée. Aucun de ses défis n’a trouvé solution du temps de Ngobila, l’insalubrité, le transport en commun, l’insécurité, les embouteillages, la loi du plus fort, la délinquance juvénile, etc.. voilà, le chapelet des malheurs kinois. Qui pour les résoudre? C’est la question.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires