Présidentielle 2023: « L’heure du changement réel a sonné » (Franck Diongo après le dépôt de sa candidature)

 

Franck Diongo ambitionne apporter un « changement réel » dans le pays une fois à la tête de la RDC. Le président national du parti politique Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP) l’a déclaré, ce mercredi 27 septembre 2023, après avoir déposé le dossier de sa candidature à la présidentielle, au Bureau de Réception et Traitement des Candidatures (BRTC) installé au siège de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) à Gombe.

Pour le Président du MLP, « l’heure de la rupture a sonné pour réhabiliter le Congo dans sa grandeur et les Congolais dans leur dignité ».

« La seule chose que les Congolais et les Congolaises doivent retenir, c’est qu’aujourd’hui, c’est le jour du changement, l’heure de la rupture avec le passé et le changement réel a sonné, l’heure de la gouvernance intègre pour réhabiliter le Congo dans sa grandeur et les Congolais dans leur dignité. Le Président de la CENI a eu l’amabilité de me saluer comme candidat président de la République, parce qu’à l’époque, il avait rencontré d’autres candidats. Comme je suis venu personnellement déposer ma candidature, il a voulu faire connaissance avec le candidat qui venait déposer son dossier », a-t-il déclaré.


Comme d’autres opposants, Franck Diongo tient à ce que les prochaines élections bénéficient d’une crédibilité absolue.

Lire aussi  A2R : Plusieurs partis politiques, personnalités et associations de la société civile adhérent à la plateforme et ratifient la charte

« Le problème, c’est de mettre la CENI à l’épreuve, nous avons déposé notre candidature, nous voulons voir la CENI à l’œuvre, c’est-à-dire nous plaidons pour des élections transparentes de sorte que le résultat qui sera proclamé reflète le vote : le Président élu, le député national ou provincial élu doit être celui qui a été choisi. Donc, le résultat octroyé non mérité, nous n’accepterons jamais cela, parce que l’enjeu d’une élection, c’est le rejet ou l’acceptation du résultat et pour que celui-ci soit accepté, il faut que le pouvoir organisateur soit réellement impartial, neutre et indépendant. Voilà pourquoi nous plaidons en faveur d’une transparence électorale de sorte que le processus électoral dans toutes ses phases soit correct, vraiment juste et sincère », a-t-il relevé.

Sur la question d’une éventuelle candidature unique de l’opposition, Franck DIONGO a tranché : « Les stratégies politiques ne se dévoilent pas devant les médias ».

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), compte à ce jour quatre (4) candidatures déjà enregistrées. Sur cette liste, on retrouve Matata Ponyo, Constant Mutamba, Franck Diongo pour le compte de l’opposition et Rex Kazadi, candidat président de la République indépendant.

Lire aussi  Décès R. Yanyi : l'UNC dénonce les critiques dirigées contre Kamerhe et exige l'implication d'un légiste indépendant et international pour l'autopsie

José Muyaya

Lire aussi

Les plus populaires