Nord-Kivu : Les FARDC « dénoncent les actes de sabotage du M-23/RDF »

 

Dans un communiqué de presse publié ce mercredi 27 septembre, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont dénoncé « les actions de sabotage » menées par le groupe rebelle M23 soutenu par l’armée rwandaise, en violation des accords de cessez-le-feu.

Depuis l’adresse du Chef de l’État à l’Assemblée Générale des Nations-Unies, où il a réaffirmé le refus de tout dialogue avec les terroristes du M23/RDF, l’armée loyaliste affirme que ces terroristes ont réoccupé des localités précédemment abandonnées dans le cadre du cessez-le-feu. Les collines de Kibarizo, Kabalekasha, Kirumbu Bukombo, Rugogwe, Busumba et Burungu dans le territoire de Masisi, ainsi que la colline de Ruhunda à Kibumba dans le territoire de Nyiragongo, ont été réinvesties par le groupe rebelle.

D’après les Forces Armées de la RDC, ce mercredi 27 septembre 2023, dans la matinée, les terroristes ont même tenté de s’installer sur la crête de Kanyamahoro à Kibumba, allant jusqu’à placer le contingent kényan de l’East African Community (EAC) derrière leurs lignes. Ce n’est qu’après une forte pression des FARDC et la dissuasion de la Force régionale de l’EAC que les rebelles ont été contraints de se retirer.


Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo considèrent ces actes comme des provocations répétées et appellent la communauté nationale et internationale, ainsi que la communauté des États d’Afrique de l’Est, le Mécanisme conjoint de vérification élargi et le Mécanisme ad hoc de vérification, à tirer toutes les conséquences nécessaires.

Lire aussi  Beni : une attaque rebelle fait un mort, un blessé et plusieurs chèvres pillées à Ruwenzori

Dans ce contexte, les FARDC tiennent à souligner leur préparation et leur détermination à faire face à toutes les éventualités, afin de protéger la paix et la souveraineté du pays.

David Lupemba, à Goma

Lire aussi

Les plus populaires