Goma – Condamnation à mort d’un haut gradé des FARDC : Non satisfaites, la société civile et la LUCHA exigent le jugement de Constant Ndima

 

Quelques heures après la condamnation de certains prévenus dans l’affaire carnage qui a eu lieu le 30 août dernier dans le chef-lieu de la province du Nord-Kivu dont un haut gradé des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo), les réactions fusent de partout.

Se confiant à la presse, la société civile de la ville de Goma manifeste son insatisfaction. Marion Nghavo, président de cette structure citoyenne, souhaite voir d’autres cadres de la sphère sécuritaire impliqués dans cette affaire passer aux aveux, parmi lesquels le service de l’ANR (Agence Nationale de Renseignement).

‹‹ (…) La société civile n’est pas totalement satisfaite parce que, dans cette opération, il y avait par exemple les agents de l’ANR qui ont planifié l’opération. Il y avait par exemple les agents de la 34e région militaire qui ont été dans la planification des opérations. Il y avait tout le monde là, la maire et par-dessus, il y avait le commandant des opérations en province qui est le Gouverneur Constant Ndima, mais malheureusement toutes ces personnes ne sont pas inquiétées ››, s’indigne Mario Ngavo.


La société civile pense qu’il faut encore beaucoup de suivie pour que toutes ces personnes répondent de leurs actes.

Lire aussi  Justice : Félix Tshisekedi met à la porte plusieurs magistrats pour "faux en écriture et viol sur mineure"

Dans sa dépêche rendue publique sur le réseau social X (ex Twitter), le mouvement citoyen LUCHA/RDC (Lutte pour le Changement) a émis le vœu de voir la condamnation même du Gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant-géneral Constant Ndima, rappelé à Kinshasa pour cette cause.

Il sied de signaler que quatre (4) éléments de la garde républicaine, impliqués dans l’affaire carnage du 30 août dans la ville de Goma ont été condamnés par la Cour militaire du Nord-Kivu lundi 2 octobre 2023.

JC Mbafumoja

Lire aussi

Les plus populaires