Tension à Mbuji-Mayi : le général John Tshibangu annonce des patrouilles diurnes et nocturnes

 

La précarité de la situation sécuritaire dans la ville de Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental, était au cœur des échanges entre le Général de la 21ème région militaire John Tshibangu et la Gouverneure intérimaire Julie Kalenga Kabongo, le mercredi 1er Novembre, au gouvernorat.

Cette rencontre intervient après de violents affrontements qui avaient éclaté hier mercredi entre les agents de l’ordre et un groupe de jeunes appelés « Bena Makanda », causant ainsi la perte de trois (3) personnes et plusieurs blessés par balles.

Face à cette situation, le général John Tshibangu fraîchement de retour à Mbuji-Mayi le même jour des accrochages, a annoncé à la presse le début de l’opération des patrouilles diurnes et nocturnes pour rétablir diligemment la sécurité et la paix dans la capitale diamantifere.


« Je voudrais tout simplement lancer un message fort à ceux qui veulent troubler la paix et l’ordre public, à ceux qui sont derrière certains hommes politiques qui veulent amener les désordres dans la ville. Les élections vont être faites d’ici le mois de décembre, je lance un message à tous les politiciens qui veulent troubler l’ordre public, à toute personne qui veut amener le désordre dans la ville de Mbuji-Mayi et partout dans la zone sous notre responsabilité que celui sur qui on va mettre la main, va faire la prison, pas ici, il ira à Angenga », a-t-il mis en garde.

Lire aussi  Ituri : Le Gouverneur militaire promet des poursuites judiciaires contre les auteurs de l'attaque du site de Lala

Et d’ajouter : « Nous sommes là pour protéger la population, pour sécuriser tout le monde et tous ceux qui pensent qu’ils veulent ou qui sont derrière les hommes politiques qui veulent ramener le désordre dans la ville. Moi, je suis derrière eux. Ils vont me porter sur leurs épaules ».

Après les échauffourées d’hier, faut-il le signaler, la Gouverneure intérimaire Julie Kalenga Kabongo avait appelé la population au calme, tout en mettant en garde les fauteurs de troubles, « instrumentalisés par des politiques ».

Pour l’instant, la situation est sous contrôle des forces de l’ordre, précise la cellule de communication du gouvernorat du Kasaï-Oriental.

Jacob Séraphin Nkita, à
Mbuji-Mayi

 

Lire aussi

Les plus populaires