Agression rwandaise : Muyaya tacle Katumbi pour n’avoir pas « cité nommément le Rwanda » comme agresseur

 

Le porte-parole du Gouvernement Patrick Muyaya n’est pas resté indifférent vis-à-vis du discours tenu récemment par l’opposant Moïse Katumbi, après la validation de sa candidature par la Cour Constitutionnelle.

Le patron de la presse congolaise a, au cours d’un Briefing de presse animé le jeudi 02 novembre, fustigé le fait que le candidat président de la République Moïse Katumbi n’ait pas cité nommément l’agresseur, le Rwanda, qui sème terreur et désolation dans la partie Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

« Lorsque vous prétendez devenir président de la République dans ce pays, vous n’êtes pas en mesure de citer nommément l’agresseur qui s’appelle le Rwanda, ça pose un problème pour les congolais. Il faut d’abord être en mesure de bien diagnostiquer le problème, de designer le mal par son nom et d’être en mesure de challenger », a-t-il déclaré.

Lire aussi  Butembo : le RCD-KML de Mbusa Nyamwisi salue le “courage exceptionnel” de Félix Tshisekedi d'avoir brisé la coalition FCC-CACH

À cette occasion, Patrick Muyaya a loué les stratégies du Gouvernement qui consistent à améliorer les conditions des FARDC, à trainer le Rwanda devant les juridictions internationales et à ranger les médias contre l’agresseur.

Par ailleurs, Muyaya a estimé que l’opposition n’aura pas de meilleures stratégies électorales que la famille politique du Chef de l’État.

« Par quoi vont-ils nous challenger ? Quelle sera leur stratégie pour régler le problème dans l’Est ? Nous, nous avons le front judiciaire, le front économique, le front médiatique, le front militaire et le front diplomatique. Nous avons, en même temps, la montée en puissance économique de forces armées de la République. Je ne pense pas que lui ou les autres auront de meilleures stratégies que nous dans ce domaine », a-t-il ajouté.

Pour rappel, Moïse Katumbi avait, lors de son adresse à la population, estimé qu’il était temps d’éradiquer l’insécurité dans l’Est, sans toutefois citer nommément le Rwanda. Il a aussi déclaré vouloir restaurer l’autorité de l’État et de doter le pays d’une armée « républicaine, professionnelle et dissuasive ».

Lire aussi  RDC : La cartographie électorale connaîtra la participation de l'ONIP et de l'INS (Gouvernement)

Frank Kalonji

Lire aussi

Les plus populaires