RDC : L’Union Européenne reconduit ses mesures restrictives contre des personnalités congolaises pour un an

 

Dans un communiqué publié ce vendredi 8 décembre, le conseil de sécurité de l’Union Européenne (UE) a annoncé la reconduction de ses mesures restrictives pour une année de plus, contre certaines figures congolaises n’ayant pas satisfait à ses objectifs.

En plus de seize (16) personnes mises sous restrictions depuis 2016, l’Union Européenne a ajouté huit (8) autres qui doivent subir le même sort.

Le conseil précise que ce renouvellement de sanctions, qui ira jusqu’au 12 décembre 2024, fait suite à la gravité de la situation sécuritaire au Congo-Kinshasa.


« 24 personnes font actuellement l’objet d’un gel des avoirs et d’une interdiction de voyager vers l’Union Européenne. En outre, la fourniture de fonds, d’autres actifs financiers ou ressources économiques, directement ou indirectement, ou à leur profit est interdite », décide cet organe de l’UE.

Ces mesures, souligne-t-on, peuvent être modifiées ou reconduites le cas échéant, à condition que le conseil réalise que ses objectifs sont atteints.

Lire aussi  Attaque à la bombe à Beni : six morts et dix blessés dont deux bourgmestres (officiel)

« Le Conseil continuera de suivre de près la situation dans le pays. Il est prêt à inscrire sur la liste toute personne faisant obstacle à une solution consensuelle et pacifique aux prochaines élections en RDC, notamment par des actes de violence, de répression ou d’incitation à la violence, ou en portant atteinte à l’État de droit, ou impliquée dans de graves violations ou abus des droits de l’homme, comme ainsi que ceux responsables du maintien du conflit armé, de l’instabilité et de l’insécurité, ou de l’incitation à la violence », peut-on lire dans le même communiqué.

Parmi les concernés, figurent l’ex Ministre de l’Intérieur Evariste Boshab, l’ancien Directeur de l’ANR Kalev Mutondo, le général Amisi…

Du reste, pour juguler les violations des droits de l’homme en RDC et décourager des personnes faisant obstacle à la solution consensuelle et pacifique en vue des élections en RDC, à travers des actes de violence, répression ou incitation à la violence, le conseil de sécurité de l’UE a décidé pour la première fois, d’appliquer depuis 2016 ses mesures restrictives à l’égard des personnalités congolaises impliquées.

Lire aussi  Législatives nationales : 66 structures politiques ont atteint le seuil de recevabilité, l'AFDC-A en tête de la liste (99%)

Jacob Séraphin Nkita

 

Lire aussi

Les plus populaires