Kadima aux évêques catholiques : « Il est injuste que la CENCO puisse imputer la fraude et la corruption au pouvoir organisateur des élections »

 

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) n’a pas tardé de réagir suite au message des évêques de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) dans lequel ils dénoncent les irrégularités constatées lors du déroulement du vote du 20 décembre dernier.

Dans ce message, la CENCO avait affirmé que les scrutins du 20 décembre dernier ont été « une catastrophe électorale ».

Selon un communiqué publié par la Centrale électorale, la CENI a fait savoir que « la critique est aisée, mais l’art est difficile ». Elle souligne qu’il est injuste que la CENCO puisse allègrement lui imputer exclusivement des cas de fraude et de corruption ayant émaillé les élections.


« Avant d’être des faits matériels, la fraude et la corruption, deux concepts qui transparaissent en filigrane dans le message de la CENCO, sont des actes délibérés qui relèvent fondamentalement de l’éthique et de la morale. Il est injuste que la CENCO puisse allègrement les imputer exclusivement au pouvoir organisateur des élections en RDC dans une situation où il est clairement établi qu’au lieu d’être organisatrice de ces actes répréhensibles, la CENI a été victime de certains acteurs bien identifiés dans notre société », lit-on dans ce communiqué.

Lire aussi  Nord-Kivu : Le FCC organise une marche ce lundi à Butembo pour soutenir les institutions de la République

Malgré ces irrégularités tant déplorées par les opposants congolais dont Moïse Katumbi, Martin Fayulu et consorts, Félix Tshisekedi est investi ce samedi 20 janvier comme président de la République Démocratique du Congo (RDC) par la Cour Constitutionnelle.

Frank Kalonji

 

Lire aussi

Les plus populaires