Kasaï Central : Cinq ans de stage professionnel !

 

La province du Kasaï Central ne peut se frotter les mains à l’issue du premier quinquennat de Félix Tshisekedi pour n’avoir bénéficié d’aucune initiative pour son développement.

Pire, cette province issue du démembrement de 2015 n’a connu que des gouverneurs stagiaires professionnels. Que des projets sans lendemain ! Aucun projet d’intérêt provincial ou national. Le Kasaï Central sombre. Le dernier gouverneur UDPS, s’est plutôt illustré dans une incompétence sans commune mesure. « Ce champion de l’inertie aura été un pire choix médiocre du parti présidentiel », déplore un acteur politique.

Les cinq années du pouvoir Tshisekedi n’ont fait aucune attention à cette partie de la République Démocratique du Congo. L’on se demande quel est ce péché mortel commis par le Kasaï Central pourtant voisin du Kasaï oriental particulièrement visé par le programme de développement des 145 territoires ou le développement à la base pour mériter ce sort ? Cette politique de deux poids , deux mesures a occasionné l’oubli des autres provinces du pays notamment celles de l’espace Grand Kasaï de manière générale.

Lire aussi  RDC : Vers la disparition de l'opposition ?

C’est ici le lieu de condamner aussi l’attitude des décideurs politiques du pays. À réaliser que les gouverneurs des provinces notamment celui du Kasaï Central n’ont jamais fait l’objet de contrôle de la gestion de leurs entités respectives durant les cinq ans passés, pousse à la révolte.

Le stage professionnel imposé à la province du Kasaï central mérite correction dès le début de ce deuxième mandat de Félix Tshisekedi. Vivement le réajustement des tirs.

Mupech Pech André

Lire aussi

Les plus populaires