Insécurité dans l’Est : À Luanda, Félix Tshisekedi exige le retrait immédiat des rebelles du M-23/RDF du sol congolais

 

La situation sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) était au cœur des échanges entre le Président congolais Félix Tshisekedi et son homologue de l’Angola, Joao Lourenço, ce mardi 27 février à Luanda, capitale angolaise.

Ce tête-à-tête fait suite au mini-sommet sur la sécurité dans la partie orientale du Congo-Kinshasa, convoqué le 18 février dernier à Addis-Abeba, en Ethiopie, dans le cadre de la 37e session ordinaire des Chefs d’États et de gouvernements de l’Union Africaine (UA).

Lors de leurs échanges, Félix Tshisekedi n’a pas caché sa position quant à l’agression barbare de son pays devenue mode de vie. Il a exigé le retrait immédiat des troupes militaires rwandaises du sol congolais, la cessation des hostilités au front et le cantonnement des rebelles du groupe terroriste du Mouvement du 23 Mars (M23).


Depuis plus de deux (2) décennies maintenant, la partie orientale de la République Démocratique du Congo (RDC) fait l’objet des carnages et tueries, exacerbés par l’agression rwandaise sous couvert des rebelles du M-23.

Lire aussi  RDC : le groupe d’experts de l’ONU confirme la présence de l’armée rwandaise dans l’Est du pays

Jacob Séraphin Nkita

Lire aussi

Les plus populaires