RDC : La justice française confirme la mise en accusation de Roger Lumbala

 

La Cour d’appel de Paris à confirmé, mercredi 28 fevrier 2024, la mise en accusation de Roger Lumbala, ancien député et ministre congolais.

Arrêté depuis début janvier 2021, l’ancien chef rebelle sera poursuivi pour « complicité de crimes contre l’humanité ». L’arrestation de l’ancien président du Rassemblement Congolais pour la Démocratie Nationale (RCD-N) rentre dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte en décembre 2016 par le pôle Crimes contre l’humanité du parquet de Paris. Lumbala est accusé de crimes incluant des meurtres, actes de torture, viols, pillages et réduction en esclavage, dont esclavage sexuel, commis en RDC entre 2002 et 2003.

Ces actes auraient été commis au cours de l’opération « Effacez le tableau » menée dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu entre octobre 2001 et avril 2003. Au cours de cette opération, des femmes ont été violées et soumises à plusieurs tortures. Plusieurs hommes dont des mineurs avaient été pris en otage et soumis à l’esclavagisme par les soldats de M. Lumbala. Des cas d’anthropophagie sur les pygmées ont été rapportés dans le territoire de Mambasa (Ituri).


M. Lumbala est poursuivi pour avoir donné des ordres de torture et d’avoir aidé ou assisté les troupes du RCD-N, notamment en fournissant le ravitaillement nécessaire au cours de cette opération funeste dont l’objectif était de prendre le contrôle des zones riches en ressources naturelles et minières.

Lire aussi  Beni : Les forces vives demandent le départ du procureur près le TGI, accusé de corruption et d'abus de pouvoir

Andy Kambale Matuku

 

Lire aussi

Les plus populaires