Transition énergétique : les étudiants de l’ULK outillés sur les inconvénients des énergies fossiles et l’importance des énergies renouvelables

 

Étudiantes et étudiants, corps scientifique et membres du comité de gestion de l’Université Libre de Kinshasa (ULK) ont été suffisamment outillés sur la transition énergétique : les inconvénients des énergies fossiles (énergies sales, Ndlr) et l’importance des énergies renouvelables (énergies propres, Ndlr). C’était lors d’une journée scientifique organisée ce vendredi 29 mars 2024 sur le site de cette institution universitaire.

Les échanges ont porté sur le thème général a intitulé : « Transition énergétique et développement durable en République Démocratique du Congo : défis et perspectives ».

Le Premier paneliste le Professeur LOKO OMADIKUNDJU Doyen de la faculté de Droit de l’ULK, a développé le sous-thème intitulé : « Développement durable en RD Congo : mythe ou réalité ».


Le deuxième sous-thème : « Transition énergétique pour un développement
durable : défis et perspectives en RD Congo », a été décortiqué par la Coordonnatrice de l’Agence Congolaise de Transition Écologique et de Développement Durable, Marie-Pascale MALANDA.

Empêché, le Directeur Général de l’Agence Congolaise de l’Environnement, LAMA ONYANGUNGA s’est fait représenté par son Directeur de Cabinet qui a abordé le troisième et dernier sous-thème intitulé : Processus de l’évaluation environnementale et sociale des projets pour un développement durable en RD Congo ».

Lire aussi  Kwilu : les maires des villes de Bandundu et de Kikwit invités à Murcia/Espagne pour la signature de contrats dans le domaine énergétique

Devant la presse, Marie-Pascale Malanda a rappelé que cette rencontre se passe dans le cadre des activités de sensibilisation de l’Agence Congolaise de la Transition Écologique et du développement durable. L’objectif aujourd’hui dit-elle, est de continuer la mise en débat de cet enjeu civilisationnel qu’est la transition énergétique.

« J’ai eu à le rappeler plusieurs fois, c’est que le monde va migrer ou transiter vers un développement sobre en carbone. Donc, on va sortir d’un développement basé sur les énergies fossiles, ce ne sera pas facile, parce qu’elle représente plus de 80% du mixe énergétique mondial. Pour nous, il y a des opportunités stratégiques à ne pas rater. Cet enjeu, est une opportunité d’accélération ou de notre rattrapage économique et de notre développement énergétique. Donc le message que je fais passer principalement aux étudiants, c’est de se préparer à devenir les grands acteurs d’une transition que nous mettons sur les rails, et qu’eux, vont faire avancer pour les générations présentes et futures », a déclaré la Coordonnatrice de l’ACTEDD.

Lire aussi  RDC : HRW invite le gouvernement à décaisser rapidement les fonds alloués aux prisons pour améliorer les conditions carcérales

Et d’ajouter, « en termes d’impact et d’intérêt sur le sujet, il est clair qu’il y a eu des médias qui parlent énormément de la transition énergétique. Mais, les étudiants que j’ai eus à rencontrer à l’UPC et à l’UNIKIN, j’ai régulièrement de retour et beaucoup travaillent maintenant sur les thématiques, notamment sur l’hydrogène par exemple. Il y en a qui travaillent davantage sur les thématiques ayant trait aux méthodes de cuisson propre ».

« Donc, la prise de conscience faite, il faudra peut-être de notre côté et comme il a été demandé ici, que nous puissions ne pas venir une fois l’an, mais venir peut-être deux (2) fois l’an et envisager peut-être des rencontres avec plusieurs étudiants de l’UNIKIN, l’UPC et autres, pour organiser de plus grandes conférences. Ça serait une de possibilités mais la prise de conscience pends le dessus », a-t-elle indiqué.

Cette conférence à été sanctionnée par un jeu de questions-reponses à la grande satisfaction des participants.

JKM

 

Lire aussi

Les plus populaires