Ituri : Dix-sept corps des otages des ADF repêchés des eaux de la rivière Ituri à Matolo

 

Dix-sept (17) anciens otages ont été exécutés par les rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliées (ADF). Ils avaient été pris en otage depuis le 22 mars 2024 lors d’une attaque perpétrée contre la localité de Matolo, en chefferie de Babila Bakwanza, dans le territoire de Mambasa, en Ituri.

Ce chiffre a été livré par une délégation des habitants de cette localité ce lundi 22 avril 2024, à l’issue de leur rencontre avec les autorités politiques et militaires de Mambasa, notamment le commandant de la 31e brigade de l’armée congolaise et l’administrateur policier du territoire de Mambasa.

D’après ces habitants, parmi les corps repêchés et enterrés, on retrouve notamment les corps des femmes et des enfants. Plusieurs de ces corps sont dépourvus de leur tête, ce qui porte à croire que ces personnes auraient été décapitées avant que leurs corps ne soient jetés dans les eaux.


Par ailleurs, ces habitants, accompagnés par les responsables de la société civile de Mambasa, ont expliqué que d’autres corps continuent à flotter sur les eaux de la rivière Ituri et que les ADF profitent de l’absence des forces de défense et de sécurité dans cette zone pour s’adonner à toute forme d’exactions. Ils ont plaidé pour que des mesures conséquentes soient prises pour protéger cette contrée.

Lire aussi  Ituri : Au moins 3 personnes dont un enfant enlevées par des ADF à Mambaka

De leur part, les autorités compétentes ont rassuré cette délégation que des mesures sécuritaires sont en train d’être prises pour sécuriser la zone de Matolo. Le commandant de la 31e brigade de l’armée congolaise a ainsi, selon les délégués de la société civile, affirmé que bientôt les militaires congolais vont être déployés dans cette zone située entre les territoires de Beni (Nord-Kivu), Irumu et Mambasa (Ituri).

Dans la nuit du 22 mars 2024, au moins cinquante (50) civils avaient été pris en otage et plusieurs autres tués par les rebelles ADF lors de cette incursion. Le chef du village Matolo, un sexagénaire, et presque toute sa famille figurent parmi les otages dont on reste sans nouvelle jusqu’à ce jour.

Andy Kambale Matuku, à Mambasa

Lire aussi

Les plus populaires