Ass. Nat. : Recrudescence de la criminalité, Kankonde retourne ce Jeudi à la commission Défense et sécurité

Le Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur et sécurité, Gilbert Kankonde a subi une audition ce mardi 19 mai 2020, par les élus nationaux membres de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale. Gilbert Kankonde répondait aux questions des membres de cette commission à propos de la montée du banditisme urbain dans les centres urbains de Kinshasa, Lubumbashi, Goma et les tueries persistantes dans l’Est du pays notamment en Ituri. Plus d’une trentaine des questions ont été adressées au patron de l’intérieur et de la sécurité nationale.

 » C’était un bon moment où nous avons essayé d’adresser à l’autorité, la situation sécuritaire du pays. Vous avez à Lubumbashi où on entre dans des maisons et tue, le phénomène wewa à Kinshasa, le kidnapping, Bundu Dia Mayala à Kinshasa et dans le Kongo Central, la présence des troupes étrangères au Nord-Kivu, l’incursion des troupes zambiennes dans le Tanganyika. Plus de 30 questions ont été posées et le Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur les a notées et a promis de revenir jeudi pour répondre à toutes ces questions », a précisé Juvenal Munubo, Rapporteur de cette commission.

Lire aussi  Présidence RDC : "Une mission officielle" de membres du bureau de la 1er Dame pour Bruxelles à charge du Trésor public fait polémique

Le Député National de l’UNC ajoute « notre souci c’est qu’on arrive à identifier les causes et les acteurs de la recrudescence de l’insécurité dans notre pays. Il faut qu’on identifie les solutions ».


Dans sa réplique, Gilbert Kankonde a évoqué un problème des moyens et des effectifs des agents des forces de l’ordre.

« Le Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur et sécurité a évoqué un problème des effectifs et des moyens. Beaucoup de députés sont intervenus pour lui dire qu’il faut faire avec le moyen disponible. Il y a un budget que nous votons chaque année » , a poursuivi J. Munubo.

Le responsable de la sécurité était accompagné de ses collaborateurs, notamment les responsables de la police et de la Direction générale de migration et de l’Agence Nationale de Renseignements.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires