RDC-CNSS :  » Versement d’un million de dollars au FNSCC, est-ce le geste de la CNSS ou le montant qui dérange ?  » ( Tribune de Guy Mafuta)

Le comité Agnès Mwad de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a versé un million de dollars USD à la caisse du Fond National de Solidarité contre le Coronavirus (FNSCC) à titre de contribution de la Caisse à la lutte contre la propagation de la pandémie de Covid-19 en RDC. Un geste qui suscite la bile amère de plusieurs compatriotes qui crient au scandale.

Je m’interroge si c’est l’acte de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ou la hauteur de la contribution qui dérange. Si c’est l’acte, la loi donne feu vert à la Caisse de poser des actions à caractère sanitaire et social. (Cf. Art. 2 complété par l’art. 123, alinéa 3 de la loi n°16/009 du 15 juillet 2016 fixant les règles relatives au régime général de la sécurité sociale.

Il y a-t-il arriérés de salaires à la CNSS ou retard dans le paiement des allocations familiales aux affiliés? À cette question, la réponse semble être négative.


La bonne gestion d’une entité suppose aussi la constitution des réserves auxquelles on recourt pour faire face à certains aléas. La Caisse Nationale de Sécurité Sociale vient d’en donner l’exemple.

Il nous revient d’inciter d’autres entités à emboîter le pas plutôt que créer un précédent qui décourageraient plus. Les entreprises du secteur public et privé sont appelées à soutenir l’Etat dans la relance économique pendant et après la COVID-19 car le secteur le plus touché reste celui du social.

Il nous est de fois appelé à examiner les lois portant ratification des prêts que les entreprises du secteur privé ou public pouvaient consentir à l’Etat congolais et éviter des intérêts parfois exorbitants. Sous d’autres cieux, la bonne gouvernance aidant, l’Etat recourt à ses propres entreprises pour financer et aider la relance économique en cas de crise.

Par politique comparée, j’évoque l’exemple du Sénégal où le secteur public et privé a versé 60 millions USD comme participation au fonds de lutte contre la Covid-19.

Et pourtant, en créant le FNSCC, le chef de l’Etat a fait appel à la solidarité nationale et internationale pour alimenter ce fonds spécial qui n’a pas été budgétisé dès le départ.

Tous les secteurs de l’Etat sont anéantis par la survenance de la pandémie de coronavirus. Les pays occidentaux, principaux bailleurs de fonds, qui soutiennent généralement les pays à faibles économies ne sont pas épargnés par cette crise.

Ce comportement qu’affichent certains compatriotes en mal de positionnement et qui crient au scandale lorsqu’on rafraîchit les murs, poussent plusieurs entreprises du pays à faire figure de parent pauvre.

Guy Mafuta Kabongo, Juriste, Député Nationale et Expert dans la gestion de sécurité sociale

Lire aussi

Les plus populaires