août 4, 2020

RDC-Black-out des plateformes utilisant l’extension .CD : MlLRDC dénonce « une gestion calamiteuse de la SCPT »

Partager cet article

L’Association des médias d’information en ligne de la RDC (MILRDC), membre de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) et interface entre les médias digitaux congolais et les instances de régulation et d’autorégulation des médias en RDC, a exprimé son indignation suite à une panne au niveau de la Société Congolaises des Postes et Télécommunications (SCPT) ayant entraîné la coupure des sites internet utilisant le nom de domaine .cd lundi 3 août 2020 jusqu’à ce mardi dans l’avant-midi.

MILRDC présente ses excuses auprès de nombreux internautes consultant les médias utilisant l’extension .cd.
Elle constate que cette situation prive des millions de congolais de leur droit à une information plurielle et diversifiée.
L’Association note également les préjudices causés aux startups actives dans le secteur du commerce en ligne et aux plateformes d’enseignement à distance.

« Interpellons la Société Congolaises des Postes et Télécommunications, le ministre de Postes télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication), le conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge du numérique sur la gestion pour le moins calamiteuse de l’extension .cd », a indiqué MILRDC.

Elle en appelle aussi à l’implication du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) dans les aspects médiatiques de la gestion de ce dossier.

Cette Association note que, « depuis la reprise du contrôle du domaine par la SCPT, le constat est que la gestion est passée du mode automatique au mode manuel alors qu’il existe des logiciels de gestion de domaines gratuits et qu’il y a de l’expertise au pays pour sa mise en place.
MILRDC rappelle que « les médias digitaux congolais ont largement participé à la promotion de l’extension .cd qui est aujourd’hui reconnue comme une identité nationale en dépit de son prix exorbitant et de sa gestion peut rassurante ».

« Si cette situation perdure et face à la tentation légitime d’émigrer vers des noms de domaine plus sûrs, MILRDC n’hésitera pas d’encourager ses membres à se mettre à l’abris à l’extérieur du pays », a-t-elle conclu.

Il sied de noter que la connexion a été rétablie ce mardi à 10h, heure locale.

Franck Beya, stagiaire

128 vues
%d blogueurs aiment cette page :