EPST : Jonathan Eloho plaide pour « la gratuite totale de l’examen d’État »

 

Le Président du mouvement Debout Kongolais, Maître Jonathan Eloho plaide pour la gratuité totale des épreuves de l’Examen d’État en République Démocratique du Congo. Dans une interview accordée à ACTU7.CD samedi 29 août, celui-ci estime qu’il existe plusieurs raisons qui « exigent à Willy Bakonga de déclarer gratuit ces épreuves, question de se conformer à l’esprit du Chef de l’État concernant la gratuite de l’education de base et l’idéologie de la coalition au pouvoir (FCC-CACH) ».

« Premièrement, l’éducation a ses dimensions humaniste et socialiste qui font que nous ne devons pas faire d’elle un commerce. L’éducation ne doit pas être considérée un secteur par lequel l’État cherchera à renflouer ses caisses. Par contre, c’est par l’éducation qu’on prépare l’avenir de l’État. Si on réfléchit, en se disant que les frais de l’examen d’État servent pour le paiement des fonctionnaires, nous commettons une erreur grave dont les répercussions ne vont pas épargner les générations futures », a t-il dit.

Lire aussi  Affaire 1 million de diplômes non signés à l'ESU : Thomas Luhaka recadre Muhindo Nzangi !

Selon lui, il faut éviter au pays, la mercantilisation de l’éducation nationale.


« Nous pensons aussi que dans un contexte post-COVID, les parents ont été dans la plupart bloqués. Mais ils sont obligés de payer des frais exhorbitants liés à l’examen d’État. Dans la province du Kwilu, ces frais sont fixés à 123.000FC, officiellement 85.000FC à Kinshasa et 300.000FC dans d’autres provinces, sans compter les frais administratifs qui ramènent les parents à payer près de 200.000FC par élèves, rien qu’à Kinshasa la capitale. Cette situation fait le lit de l’inéquité social que nous combattons, lequel est contraire à l’État de droit que nous voulons », s’inquiète Jonathan Eloho.

Il ajoute qu’il appartient à l’État de limiter le pouvoir des écoles et des inspecteurs « véreux » sur l’avenir de leurs enfants.

« Si le Ministre d’État à l’EPST prend position contre ces frais, tous les gouverneurs réfléchiront par deux fois avant de raquetter les parents tristement accablés par cette situation », conclut-il.

Lire aussi  Inongo/collation des grades académiques : CEPROMAD lance 28 lauréats sur le marché dont 8 licenciés et 20 gradués

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires