Prétendue milice à Kingabwa : Mbonzi Wa Mbonzi réclame une audience publique pour les auteurs

 

Jean-Désiré Mbonzi Wa Mbonzi réclame une audience publique du jugement de personnes incriminées dans la prétendue milice découverte et démantelée par les services de sécurité le jeudi 28 août au quartier Kingabwa, commune de Limete. Par cette demande, ce député provincial élu sur la liste du Mouvement de libération du Congo (MLC) dans ladite municipalité veut à ce que tout soit tiré au clair part la justice au vu et au su de l’opinion nationale, écrit-il dans son compte Twitter.

Le jeudi 26 août, la Police nationale congolaise (PNC) à reconnu avoir menée une opération au quartier Kingabwa, dans la commune de Limete. Opération qui a permis aux services de sécurité de démanteler une base de formation de milices. 23 de ces inciviques ont été interdits interpellés après avoir opposé une résistance et d’autres ont simplement fui. Une enquête est en cours pour mettre la main sur le reste de membres de ce camp et d’en connaitre les commanditaires.

Lire aussi  Ituri : Pour avoir rançonné la population, huit éléments FARDC aux arrêts à Irumu

Au cours du conseil des ministres su vendredi dernier, le chef de l’État a demandé aux services compétents d’initier des enquêtes en vue de juger et punir les auteurs cette milice de Kinshasa tout comme celle dernièrement démantelée à Kasumbela dans le Haut-Katanga. Mais en entendant que les enquêtes menées n’aboutissent les acteurs politiques congolais ne cessent de se jettera des responsabilités.


Alors qu’à l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) on estime qu’il s’agit d’un groupe de « kuluna » et non d’une milice entretenue par le parti présidentiel, le FCC, de son côté, exige qu’une enquête minutieuse et approfondie soit menée « et que la justice militaire se saisisse, en procédure de flagrance, de ces cas graves d’atteinte à la paix et à la sécurité nationale enfin d’en identifier les commanditaires ». Pour cette plateforme, la justice ne doit pas s’arrêter là. « Des sanctions les plus sévères doivent être infligées aux commanditaires conformément aux lois de la République ».

Lire aussi  Kananga : Un lauréat du "prix d'excellence MEEEC" invite ses confrères à éviter la presse incendiaire au profit de la paix

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires