Écarté par ses pairs du regroupement AA/a, Pius Muabilu porte plainte « pour faux et usage de faux »

Pius Muabilu et le Congrès National Congolais (CNC) portent plainte pour « faux et usage de faux » contre leurs pairs de AA/a, un des regroupements politiques du Front Commun pour le Congo (FCC). C’est le vendredi 30 octobre qu’un collège d’avocats du ministre de l’Urbanisme et habitat est descendu au Parquet général près la Cour de cassation.

Dans leur démarche, Pius Muabilu et le CNC dirigent leur plainte contre les initiateurs de la déclaration de suspension provisoire dont le Ministre de l’Urbanisme et Habitat serait victime de la part de ses collègues du regroupement politique AA/a. La participation du Ministre Muabilu à la cérémonie de prestation de serment des trois nouveaux juges constitutionnels nommés par le Président Tshisekedi a été fortement critiquée par ses pairs du FCC. Alors que cette plateforme de la coalition au pouvoir a dit ne pas reconnaitre ces trois juges.

En dépit du tollé provoqué suite à la présence dudit ministre à la prestation de serment de trois juges, les députés du regroupement AA/a ont réitèré leur soutien à leur autorité morale, Pius Muabilu, Ministre de l’Urbanisme et habitat. Dans une déclaration rendu public lundi 26 octobre à Kinshasa, les vingt députés de ce regroupement ont dénoncé les attaques d’autres membres du FCC contre le Ministre Pius Muabilu, après sa participation à la cérémonie de prestation de serment des juges de la Cour constitutionnelle.

Lire aussi  RDC-Coronavirus : 102 nouveaux cas confirmés malgré la présence des experts médicaux chinois au pays (1730 au total)

« L’action que le ministre a posée est républicaine, basée sur une éthique politique. Sa présence dans cette cérémonie de prestation des trois juges est un acte d’un homme d’Etat que tout le monde devrait copier. Pius Muabilu est lui-même l’autorité morale de notre regroupement AA/a, qui regroupe 20 députés », ont soutenu le porte-parole du regroupement AA/a, Adubangu Nkoy. Il a fait savoir que ne pas répondre à l’invitation du Chef de l’Etat pour un homme d’Etat, c’est marcher à l’encontre de la volonté de la nation.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires