EXCLUSIF/RVF : le comité Ngomper « concocte un faux document antidaté pour maquiller la mort d’un temporaire à la Direction technique »

 

Le comité Ngomper à la Régie des voies fluviales (RVF) concocterait un faux contrat d’engagement pour se soustraire aux différentes charges que causerait le décès d’un agent. Des agents de cette société de Portefeuille, rapportent à ACTU7.CD qu’un document serait en train d’être élaboré et préparé soigneusement afin de maquiller la mort sur le lieu de travail d’un employé sans contrat de travail.

« En ce moment, la RVF cherche à inventer un dossier sous prétexte que le défunt était déjà engagé. Ils sont en train de faire un faux contrat d’engagement antidaté pour dire que le fortuné avait déjà signalé sa lettre d’engagement. Ce qui est faux », confie-t-on à la RVF. Nos sources renseignent même qu’il y aurait à ce jour une avocate de la famille biologique du défunt qui serait engagée pour suivre l’affaire auprès de la Direction de la RVF. Unanimes, les employés de cette entreprise de l’État craignent qu’elle ne soit pas corrompue au vu de l’évolution de la situation.

Lire aussi  Kinshasa : P. Mukuna n'a reçu aucun mandat de comparution, affirment ses avocats

Selon les agents, l’affaire remonte au dimanche 28 mars vers 14 heures lorsqu’il y a eu mort d’homme à la RVF. Agé de 24 ans et répondant au nom de Hugues Awundu temporaire à la Direction technique, il a trouvé la mort lors des travaux avec le baliseur Mongala, non loin de la queue de la RVF. D’après les témoins de la scène, « la victime a été payé d’un bidon de 25 litres de mazout pour plonger en dessous du baliseur en vue de dégager les herbes qui empêchaient l’hélice du baliseur de tourner normalement ».


Temporaire à la RVF pendant plusieurs années, Hugues Awundu n’a jamais signé un contrat d’engagement. « Et pourtant, il a été auteur d’un geste de bravoure lors d’une mission l’année écoulée sur le fleuve Congo toujours avec le baliseur Mongala. Les images faisant foi », reconnaissent ses collègues. Ce jour-là, se souviennent-ils, « Hugues Awundu avait sauvé la vie d’un barreur nommé Kadima. C’était lors d’une grande tempête et le baliseur était menacé de naufrage ».

Lire aussi  Tshopo : l'Etat de droit ?

Les employés de la RVF regrettent qu’au retour de cette mission laborieuse à Kinshasa, le comité Ngomper n’ait pas récompensé Hugue Awundu. « Le Directeur général Ngomper Ilunga n’a même pas songé à faire signer ce héros un contrat d’engagement », se plaignent les agent de la RVF exigeant réparation après la mort de l’un de leurs.

A l’heure actuelle, la famille de l’illustre disparu serait en train de multiplier des démarches auprès des tiers pour porter plainte contre la RVF. Elle compte exiger des dommages et intérêts lors d’un procès voulu équitable.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires